Can someone hear my SOS - Trixie & Moreen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▪ messages : 271
▪ points : 389
avatar
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Can someone hear my SOS - Trixie & Moreen    Jeu 8 Fév - 14:47

Il était tard, et Moreen se déplaçait en direction des cachots pour rejoindre la Salle Commune de Poufsouffle, cela faisait quelques jours qu’elle n’arrivait plus du tout à dormir et le seul moyen de tomber de fatigue était de faire des allers-retours dans les couloirs, ce qui lui avait valu quelques remontrances. Tout s’était empiré depuis le nouvel an, et elle était décidée à s’adresser à un professeur pour qu’il l’aide à régler ce problème. La petite adolescente était donc en train de se demander quel professeur ferait l’affaire. Elle avait tout de suite pensé à madame Chourave, mais celle-ci aurait été trop affectueuse avec elle. Et Moreen n’avait pas besoin de câlins, mais de conseils avisés. Il y avait bien Poppy Pomfrey, sauf que Moreen n’allait pas assez à l’infirmerie pour se sentir à l’aise en sa présence. Elle rigola intérieurement en pensant demander de l’aide au professeur d’arithmancie, si doué avec les chiffres mais qui semblait aussi détendu qu’un balai magique en leur présence. Au fond d’elle, la métamorphomage savait qu’elle désirait voir la professeur la plus respectée et intelligente qu’elle connaissait, le professeur McGonagall, mais elle n’osait sauter le pas, trop inquiète de ce qu’elle pourrait penser, pas certaine d’être prête à entendre les mots durs mais rassurants de la sérieuse sorcière.

Ses pensées tournaient en rond sur cette question, à tel point qu’elle ne regardait plus où elle mettait les pieds, ou en l’occurrence sur qui. Sans le vouloir, Moreen écrasa le pied d’un serpentard, aussi grand que blond. « Je suis… » Elle se recula immédiatement et ressenti une certaine impression de déjà-vu lorsque le grand blond lui cracha son venin au visage, interrompant ses excuses sans cérémonies « Tu peux pas faire attention, espèce de gobelin sans cervelle. C’est pour cela qu’on ne devrait pas vous autoriser à fouler le même sol que nous. Incapable de marcher correctement et ça se prétend sorcière. » Il ajouta cette dernière phrase à l’attention de ses amis que la Poufsouffle n’avait pas même remarqué. Moreen se mordit la langue, pour ne pas répondre, mais surtout pour empêcher les effluves de colère qui menaçaient déjà d’arriver. Elle ne supportait pas quand on lui parlait sur ce ton, quand on la dénigrait ou qu’on la rabaissait. C’était sensible pour elle et Moreen ressentit alors les vingtaines d’yeux moldus qui avaient observé sa transformation avec surprise, dégoût et même terreur pour certains. Elle ne dit rien, et baissa la tête, plus énervée que désolée. Ses joues devinrent rouges, tant par la colère que la honte de ne pas avoir fait attention, et lorsqu’il la poussa violemment, sans doute mut par un désir de vantardise ou par la tentation de prouver qu’il était très viril de s’en prendre à une plus jeune et bien plus petite que soi, elle ne fit pas un bruit. Elle aurait voulu être comme l’Auror qui lui avait parlé de son père, si sûre d’elle et qui donnait l’impression de pouvoir déplacer des montagnes d’un coup de baguette magique. Mais elle était seulement Moreen O’Cahan, quinze ans, incapable de prendre sa défense, pourtant si douée pour protéger ses amis. Alors, elle se résigna, et laissa toute émotion la quitter, sauf celle qu’elle connaissait le mieux et qui était comme une compagne pour elle. La peur l’envahit, alors qu’il continuait à la pousser jusqu’à la coincer contre un mur, et qu’elle restait immobile et silencieuse, le visage baissé, les sourcils froncés, les poings serrés. " Alors, on n'a donné sa langue au chat ? .. Ou au serpent ? " Susurra-t-il alors que ses deux compagnons pouffaient de rire d'une manière très peu distinguée. A l'extérieur, elle paraissait presque aussi impassible qu'une statue, mais intérieurement, Moreen était terrifiée.  Je ne lui donnerai pas la satisfaction de crier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatarInvité
MessageSujet: Re: Can someone hear my SOS - Trixie & Moreen    Jeu 8 Fév - 23:17


Sa dernière note en cours de potions avait finalement fait comprendre à Trixie qu'elle se laissait allé depuis le nouvel an au Chaudron Baveur. L’événement n'avait eu de cesse de tourner en boucle dans son esprit, jouant avec ses humeurs et sa concentration en cours. Et même si un événement pareil aurait eu de quoi choquer n'importe quel élève, Trixie devait se reprendre. Les ASPICs approchaient et si elle voulait rejoindre les rangs des aurors, il allait falloir travailler dur. Elle ne pouvait exclure aucune matière, elle devait s'appliquer à toutes. C'est pourquoi, lorsqu'elle avait vu un P être inscrit sur son dernier devoirs de potions, Trixie avait d'abord cru à une blague. Depuis le début de l'année, elle n'avait jamais eu de mauvaises notes. Elle ne pouvait se permettre de commencer maintenant, il fallait se reprendre, peu importe ce qu'il se passait dans sa tête. Alors, en fin de journée, elle s'était ruée dans la salle de potions, ayant demandé au professeur Slughorn un entretien pour qu'il lui explique tout ce qu'elle n'avait pas compris ou écouté en classe. L'entretien avait pris plus de temps que prévu, Trixie ne cessant de poser des questions, encore et toujours, jusqu'à ce que Slughorn insiste pour en terminer là. Si vraiment elle avait d'autres questions, ils verraient cela une autre fois, ou bien elle pourrait toujours s'adresser à Lily Evans. Pour le moment, le professeur ne souhaitait qu'une chose : se reposer.

Trixie était donc sortit de la salle de potions passablement ennuyée. Elle espérait que Lily était de bonne humeur parce qu'elle avait encore un grand besoin de réponses. Mais alors qu'elle était toujours dans les cachots, prenant le chemin de la salle commune des gryffondors, Trixie assista à une scène qui lui fit bien vite oublié sa mauvaise note. Un groupe de serpentards s'en prenaient à une poufsouffle, seule. Pourquoi devaient-ils se montrer aussi lâches? Trixie soupira et sortit sa baguette. Si elle s'attirait de nouveaux ennuis, cela n'améliorerait pas son moral. Mais elle ne pouvait pas non plus continuer son chemin comme si de rien n'était, cela lui était impensable.

Et alors que Trixie s'approchait discrètement, elle reconnut la poufsouffle : Moreen O'Cahan. Moreen était une bonne amie depuis de nombreuses années. A vrai dire, elles s'étaient rencontrées dans ces mêmes circonstances : Trixie lui était venue en aide face à des serpentards. Comme quoi, rien ne changeait. La lionne s'étonna malgré tout de ne pas voir son amie cherchait à se défendre. A présent en cinquième année, elle connaissait de nombreux sorts. Mais il n'était jamais facile de se défendre face à un groupe entier, Trixie voulait bien le comprendre. Et comme elle savait combien ce pouvait être difficile pour la rouquine, et pour n'importe qui, de se faire parler sur un ton aussi désagréable, la future auror décida de lui venir en aide.

Pointant sa baguette sur le grand blond qui faisait son spectacle devant ses amis en moquant et poussant Moreen, Trixie prononça le sortilège :

- Silencio.

L'élève de serpentard ouvrit de nouveau la bouche mais aucun son n'en sortit. Il se racla la gorge et tenta une nouvelle fois, portant une main à cou. Il comprit ce qui lui arrivait après quelques regards étonnés avec ses amis et posa enfin son regard sur Trixie qui se plaça devant Moreen.

- C'est plus difficile pour se vanter devant tes potes, hein?

Trixie affichait un regard sévère et concentré, se préparant à la moindre attaque. Même si elle était douée en duel, il n'empêchait qu'elle et Moreen n'étaient que deux contre tout un groupe. Elles pouvaient les affronter mais le nombre d'adversaires leur donnaient moins de chance d'en sortir sans la moindre blessures.

- Je vous déconseille de faire quoi que ce soit, Slughorn est dans les parages et va probablement passer dans les minutes, voir secondes, qui suivent.  
Revenir en haut Aller en bas
▪ messages : 271
▪ points : 389
avatar
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Re: Can someone hear my SOS - Trixie & Moreen    Mar 13 Fév - 12:07

Un soulagement intense l’envahit quand elle entendit une voix bien connue prononcer un sortilège. Moreen se maudit quelque peu de n’avoir pas eu l’idée de prendre sa baguette pour s’en servir. Mais elle n’aurait eu de toute façon aucune chance face à un groupe de trois Serpentards plus âgés et qui cherchaient incontestablement une raison pour l’embêter. Elle n’était pas une Griffondor comme Trixie qui était venue à sa rescousse. Le visage du hareleur se figea alors qu’il tentait vainement de vociférer des insultes qui ne voulaient plus sortir. Il porta une main à sa gorge et fronça les sourcils. Moreen se détendit un peu mais tant qu’ils étaient encore là, elle ne pouvait réellement se laisser aller à penser que tout allait bien. Ses deux comparses prirent immédiatement leur baguette et les tendirent en direction de l’intruse qui venait gâcher leur fun ! Mais elle ne leur laissa pas le temps, évoquant le professeur de potion. Les trois lascars détalèrent alors comme des petits chartiers apeurés. Mauviettes.

Après quelques secondes à reprendre sa respiration, Moreen secoua la tête et se décolla du mur. Ses mains étaient blanches de les avoir tant serrées et son souffle court.
« Merci Trixie. » Ce n’était pas la première fois que les deux étudiantes se croisaient ainsi. Elle se rappellerait toujours sa première année, alors qu’elle n’avait que Nicola pour amie et qu’elle se retrouvait souvent à errer seule dans les couloirs de Poudlard, toute petite et à l’apparence fragile. Le choix parfait pour les harceleurs sangs-purs qui s’ennuyaient ferme et qui n’avaient rien de mieux à faire que s’en prendre à des jeunes sans défense. Des plus petits qu’eux.

Trixie était venue à son secours une après-midi près du lac où Moreen avait failli boire la tasse, et peut-être plus alors que des Serpentards l’avaient poussé dans l’eau, juste parce qu’elle avait osé poser le regard sur eux. Juste parce qu’elle avait osé naître et se trouver en leur présence. Elle n’avait pas su se défendre alors, et elle n’osait imaginer ce qui lui serait arrivé si la Griffondor de deux ans son aînée n’était pas arriver telle une sauveuse.

« Je vais commencer par croire que tu me suis, juste pour m’éviter des ennuis ! Telle un chevalier servant qui surgit sur son balais pour sauver les demoiselles en détresse » Ajouta-t-elle en rigolant nerveusement. Elle était une sorcière après tout, et pourtant Moreen se sentait incapable de prendre sa baguette et de s’en servir, même pour se défendre. Elle avait la nette impression que sa baguette la trahissait, qu’elle ressentait les émois intérieurs qui agitaient la rouquine et qu’elle n’appréciait pas d’être utilisée par une personne soudainement incapable de contrôler ses émotions.  

« Ça fait longtemps depuis la dernière fois, que fais-tu dans les couloirs aussi tard ? » Moreen changea rapidement de sujet. Car elle ne voulait pas s’appesantir sur son échec, sur son incapacité à se défendre. Sur toutes ses faiblesses qui se faisaient de plus en plus ressentir. A tel point que le professeur Flitwick lui avait proposé des cours de rattrapage pour lui éviter de prendre encore plus de retard. A tel point qu’elle ne dormait plus la nuit, tournant et retournant dans son lit, son pyjamas collant à sa peau, sa peau moite, ses cheveux humides par la transpiration, par la peur d’être découverte.

Moreen fit venir un petit sourire sur son visage, qui n’atteignait pas ses yeux, qui n’aurait trompé personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Can someone hear my SOS - Trixie & Moreen    

Revenir en haut Aller en bas
 
Can someone hear my SOS - Trixie & Moreen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER :: finite incantatem :: pensine :: archives 2017/2018-
Sauter vers: