How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
AnonymousInvité
MessageSujet: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 3:13

Sebastian Keller

ϟ Âge : 31 ans
ϟ Nationalité : Germano-Britannique
ϟ Métier : Journaliste freelance
ϟ Ancienne maison : Serdaigle
ϟ Sang : Sang-Mêlé

ϟ Avatar : Max Riemelt

Affiliation : Sebastian est neutre... pour l'instant. Journaliste, il a surtout baroudé pas mal dans le monde, faisant l'équivalent de deux tours du monde depuis sa sortie de Poudlard. Incapable de se poser trop longtemps, ce métier, le même que sa mère au passage, lui a permis de financer une partie de sa vie de bohème. Oh il connait les évènements, en ce moment, en Angleterre. Ce n'est pas anodin qu'il a tout cessé à ce moment-là. Sa curiosité germanique le pousse à aller voir ce qui se trame. Difficile de savoir son positionnement.

Baguette : Sebastian a cassé sa baguette magique, celle qu'il avait depuis qu'il avait intégré Poudlard, en Haïti. Haïti... Que de souvenirs. Comme toujours, la baguette choisit son sorcier, n'est ce pas ? Et bien non. Sebastian, lui, a vu une Mangouste débouler dans la boutique où il comptait en acheter une, ne serait ce que provisoire, avant d'aller à Londres en récupérer une solide. Cette dernière a tout retourné. Seb a aidé le vendeur jusqu'à ce qu'elle jaillisse soudain, une baguette dans la gueule et la posant aux pieds de notre sorcier. Sebastian a donc ainsi récupérer une Mangouste du nom de Brigitte mais aussi une baguette en sorbier, souple et fine, avec un crin de licorne à l'intérieur. 28 centimètres par ailleurs. Et contre toute attente, c'est un coup de foudre pour Sebastian.

Miroir du Riséd : Décrivez ici ce que votre personnage verrait s'il faisait face au miroir. Trouver l'amour. Sebastian est du genre à crusher vite, fort, puissamment et... De façon généralement brève, à quelques rares exeptions près. Le problème c'est qu'il veut tout le temps bouger et que les rares personnes qui lui plaisent suffisamment longtemps, elles, ne souhaitent qu'une vie simple. Du coup, le jeune homme choisit toujours sa liberté.

Épouvantard : Sa mère, morte. Il a vu son père mourir et sa plus grande angoisse serait de perdre sa mère.

Amortentia : Des fleurs des champs. Parce qu'il n'y a rien de plus beau que de flâner dans un champs fleuri en compagnie de l'être aimé, de se laisser tomber dans l'herbe, de s'y rouler, de s'y aimer.
Et puis le Trdelník à la cannelle. La grande spécialité de sa grand-mère maternelle. Elle est née moldue et sait parfaitement vivre comme eux. Petit, elle lui faisait toujours à gouter des Trdelník et Sebastian en garde une profonde affection.
Et puis l'odeur de l'aventure. Si. Ça a une odeur. Celle qui vous grise et vous fait traverser des montagnes enneigées, à pied si besoin ou vous pousse à vous retrouver en haut d'une falaise en pleine tempête, juste pour la curiosité et la beauté du moment.

Compétences magiques
Chaque sorcier commence le jeu avec 40 points de compétences magiques, à disposer comme il le souhaite entre les différentes compétences listées ci-dessous. Ces points pourront influencer le jeu, et il est possible d'améliorer chaque compétence au fur et à mesure du jeu. Vous trouverez ici un guide des compétences magiques pour vous aiguiller un peu sur leur impact in RP et vous permettre de mieux les attribuer.

Duels : 8/10
Potions : 5/10
Métamorphose : 4/10
Sortilèges : 8/10
Légilimancie : 6/10
Occlumancie : 6/10
Quidditch : 3/10
Divination : 0/10

ϟ Pseudo/prénom : ShahriVariϟ Âge : ... ϟ Fréquence de connexion : ça dépend des périodes ϟ Ce personnage est : inventé ϟ Où nous avez-vous connu : On m'a donné le lienϟ Le mot de la fin : .FIN !
Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 3:20

hogwarts: a history


Monsieur Keller, parlez-moi de vous.

Sebastian leva les yeux au ciel. C’était LA question bateau qu’on posait à chaque entretien d’embauche. Que ça soit chez les Moldus ou chez les Sorciers, ça revenait toujours. Comme si le passé des gens éclairait sur leur avenir. Avec l’expérience, il n’en était pas vraiment sûr. Mais les gens pensaient comprendre les autres sur cette seule question.

Alors il se prêta au jeu. Il afficha un sourire poli et calme, avec une pointe d’assurance. Son visage était légèrement baissé et il remontait ses yeux vers son interlocuteur, lui lançant un regard de biche, à travers ses cils. Ça marchait de toute façon à chaque fois ou presque. Et ça ne manqua pas, cette fois-là encore. Son interlocuteur bougea un peu dans son fauteuil, ce qui élargit le sourire de Sebastian.

Je m’appelle Sebastian Keller. J’ai 31 ans. Je suis le fils de deux sorciers. Ma mère, Anika, est née à Berlin et mon père, Thomas, à Londres. J’ai les deux nationalités. Allemande et anglaise.
Mes parents se sont rencontrés lors d’un échange scolaire entre leurs deux écoles. Et ils n’ont jamais pu se quitter par la suite.

Le coup de l’amour fou et éternel. A la fois si vrai et si éloigné de la vérité. La réalité c’est qu’ils s’étaient rencontrés à l’âge de 15 ans, que ça avait été le premier grand amour pour chacun d’eux et que lui était né deux ans plus tard. Leurs familles avaient été tellement fâchées de cette grossesse qu’elles avaient poussé le couple au mariage. Si on demandait à Sebastian son avis, du peu qu’il s’en souvenait, si son père n’était pas mort si jeune, de toute façon, leur couple n’aurait pas tenu beaucoup plus. Il y avait longtemps que la passion adolescente s’était éteinte pour laisser place à une indifférence qui tirait sur le mépris les derniers temps.

J’ai grandi en Angleterre, dans la banlieue de Londres, jusqu’à mes 6 ans. Mon père travaillait pour le ministère et ma mère comme journaliste freelance pour le Die magische Welt, où elle a présenté la vie des sorciers anglais, leurs habitudes. Voilà.
Et puis mon père est décédé alors que nous étions en vacances en Allemagne pendant l’été. Un bête accident moldu. En bon anglais, pour traverser, il a regardé à droite et non à gauche. Et il s’est fait renverser. On était loin de tout. Même des hopitaux Moldus. Il était mort avant d’arriver là-bas.

Et lui, dans l’ambulance, avait tenu la main de son père et l’avait senti glisser, abandonner, devenir trop lourde pour l’enfant qu’il était. C’était quand même bête quand on y pensait. Sa famille maternelle était à moitié moldue. Grand Maman était née de famille Moldue, en Tchécoslovaquie. Elle avait intégré l’école allemande et y avait rencontré son mari. Et si elle aimait la magie, elle avait appris, dans la sphère privée, à agir sans aucun pouvoir. Et elle entendait que tout le monde fasse de même. Du coup, les vacances d’été ressemblaient toujours à s’y méprendre à la vie que devaient adopter les cracmols. Pour son père, c’était horriblement frustrant. Surtout que de son côté, s’il y avait aussi des origines moldues, ils s’étaient toujours efforcé de ne pas s’en approcher. Et ce jour-là, en tout cas, il était fâché quand Grand Maman avait dit qu’il fallait aller au village acheter du pain. Mort pour une bête baguette.

Ils étaient rentrés en Angleterre pour mettre son père en terre, dans le village familial, perdu dans le Cornwall, balayé par les vents et la pluie. Sebastian était trop petit pour comprendre pourquoi il y avait tant de tombes et pourquoi tout le monde pleurait et en voulait à sa mère. La situation n’était guère tenable pour la pauvre veuve.

Ma mère a choisi de rentrer en Allemagne. J’avais bien de la famille du côté de mon père, mais personne sur Londres et elle préférait se retrouver en terrain familier. Donc on s’est installé à Berlin. Et on a inversé. Vie quotidienne là-bas, vacances d’été chez Granny. J’ai eu la scolarité classique des enfants de mon âge.

A ceci près qu’il avait côtoyé le monde journalistique, venu de tous pays. La carrière de sa mère avait enfin pu prendre son essor. Et lui s’était découvert un don pour les langues. A l’âge d’entrer dans une des écoles de magie, il parlait couramment, outre l’anglais, l’allemand, le tchèque ET le slovaque, langues dans lesquels il baignait depuis l’enfance, français et espagnol. Ainsi qu’un peu d’italien. Cette prédisposition pour les langues lui avait toujours fait comprendre qu’il était fait pour voyager et apprendre. Encore. Et encore. Inlassablement.

à 10 ans, j’ai reçu deux lettres d’admission en école de magie. A l’époque, mon grand-père venait de mourir et ma grand-mère s’était installée chez nous. Le temps de faire son deuil. On vivait comme des Moldus et ça me frustrait parce que mes pouvoirs jaillissaient sans arrêt et que j’étais invité à faire attention. Non pas pour que les Moldus ne le voient pas. Mais parce que ça court-circuitait le Shi de ma grand-mère. Ou un délire du genre.
Du coup, j’ai choisi non pas l’école que je voulais ou en fonction d’un éventuel rêve de carrière qu’on a quand on est enfant. Non. J’ai choisi celle qui était le plus loin et qui ne m’obligerait pas à rentrer tous les week-end ou pour les vacances. Poudlard.
Après, vous connaissez mon dossier scolaire. Il est joint à ma candidature.



Il en avait bavé à vrai dire. Après des années à ne presque jamais voir sa famille paternelle, l’anglais, même courant, c’était teinté d’une pointe d’accent allemand. Subtile mais présent. Il avait été raillé par ses camarades des autres maisons. Et si, à Serdaigle, on lui avait fichu la paix, personne n’avait non plus réellement pris sa défense. Sauf qu’en 4è année, il avait soudain poussé comme un champignon et s’était étoffé assez pour songer à se défendre. Après quelques allées et venues à l’infirmerie au cours de cette année-là, pour lui comme pour certaines personnes, Sebastian avait eu une paix royale.

Et puis il était devenu pas mal, à ce qu’il parait. Et s’était posé la question de… bref.

Et quand vous avez été diplômé alors ?

Je ne savais pas trop où j’en étais. Vous savez, tout d’un coup j’étais libre de faire ce que je voulais. Et en parlant plusieurs langues, je pouvais le faire où je voulais. Je crois qu’il y a pire que de ne pas avoir le choix. C’est d’en avoir trop. Alors j’ai pris un sac à dos, un sort pour qu’il y a de quoi mettre la moitié d’une maison dedans, et je suis parti à l’aventure. A pieds. En balai. Parfois en voiture. J’ai même pris l’avion.
J’ai découvert que le monde ne se voyait pas qu’au travers de la magie. Et j’ai commencé à accepter les excentricités de ma grand-mère concernant les Moldus. J’ai passé les dix années qui ont suivi mon diplôme à traverser le monde pour y découvrir Sorciers et Moldus. Ce qui m’intéressait, c’était de tout comprendre. Passer par le Japon pour y découvrir d’antiques sorciers samouraïs, cachés au fond d’une vallée au pied du mont Otaka, près de Nagano. Puis aller voir les pêcheurs à Niigata. Et recommencer au Brésil, au Canada ou encore au Cameroun.
J’ai travaillé bien sûr, pour pouvoir voyager. J’ai fait comme ma mère avant moi. Freelance pour des journaux. Et puis aussi des emplois Moldus parfois. Quand il fallait prendre le bateau par exemple.

Et un beau jour, tout ça s’est arrêté. Un peu brutalement. Ma mère est tombée malade et je suis rentré en Allemagne. C’était il y a quatre ans. Je me suis posé un peu, j’ai réfléchi à ce que je voulais faire. Elle s’est remise et j’ai commencé à enseigner. Il y a, dans Berlin, une école pour les jeunes sorciers. Pour ceux dont les familles vivent en totale autarcie, loin des Moldus. Avant qu’ils n’intègrent un vrai cursus sorcier. Et j’ai vu combien ils étaient ignorants de la vie.

Vous vivez comme un Moldu ?


Non. Bien sûr que non. J’aime la magie. Et la vie sans magie est très… étrange. Même après tout ce que j’ai vécu. Ne comptez pas sur moi pour faire l’apologie de leur mode de vie. Ou de les dénigrer.
Mais je connais bien ce monde et je l'assume. Cela dit, il est grand temps que je reprenne mes activités de journaliste.

Revenir en haut Aller en bas
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 9:50

Max Riemelt asdfvbgrtehreazdsqdf quel bon choix :cutie: :l:

Bienvenue à toi !
Revenir en haut Aller en bas
▪ messages : 101
▪ points : 165
Kieran Walsh
Kieran Walsh
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 12:09

LA CHANSON DU TITRE QUOI, t'es dans l'abus :lol:
Bienvenue par ici :l: :l: :a: :cutie:


† And if you whisper like that...  if you want me like this, and if you need me like that, it was dead long ago but it's all coming back to me, it's so hard to resist and it's all coming back to me, I can barely recall and it's all coming back to me now
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 17:47

Merci Annabelle !
Max est toujours un choix judicieux, voui ! :y:

Kieran, mon chou... Serieux... Ben quoi ? Je ne vois absolument pas de quoi tu veux bien parler ! Ce n'est qu'un alignement tout à fait anodin de mots. Je suis totalement innocent des faits qui pourraient m'être reprochés ! :a:
Revenir en haut Aller en bas
▪ messages : 327
▪ points : 502
Antonin Dolohov
Antonin Dolohov
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 19:08

Bienvenue parmi nouuus ! :cutie: Bonne validation :woohoo:



антонин долохов // antonin dolohov ☾ Будем ли мы падать честолюбием, кровью или похотью, как алмазы, мы режем своей собственной пылью. // Whether we fall by ambition, blood, or lust, like diamonds we are cut with our own dust.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AnonymousInvité
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   Dim 4 Mar - 19:15

Fiche Validée !

Ce perso est vraiment cute :cutie: Amuse-toi bien parmi nous :l:

Maintenant que le plus dur est passé, voici quelques conseils pour poser tes valises sur le forum. Je t'invite dans un premier temps à aller recenser ton avatar dans le registre maintenant qu'il est validé puis à aller jeter un œil aux demandes et listes en tout genre, comme pour le métier de ton personnage. N'oublie pas non plus de te familiariser avec le système des points et à aller lire les annexes si ce n'est déjà fait.

Tu peux également et dès à présenter ouvrir ta fiche de liens et créer jusqu'à trois scénarios si tu en as besoin. Si tu as encore la moindre question à propos du forum, je suis toujours disponible par mp. Et, bien évidemment, la chatbox et le flood sont à ta disposition de jour comme de nuit !

Bon jeu sur FLOO POWDER !  :cute:  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
How can I find a way to make you see I love You [Sebastian]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER :: finite incantatem :: pensine :: archives 2017/2018 :: personnages-
Sauter vers: