just gonna watch you fly - or not ▸ eugene

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▪ messages : 79
▪ points : 130
avatar
Marlene C. McKinnon
MessageSujet: just gonna watch you fly - or not ▸ eugene   Sam 17 Mar - 17:10

« Tu pars où ? » lance aussitôt Lily en levant le nez de son bouquin alors que la blonde enroule son écharpe autour de son cou et plante un bonnet de laine sur sa tête.
« J'ai besoin de prendre l'air. Je te vois plus tard ! »

Marlene lui offre un sourire rassurant avant de s'engouffrer dans le passage qui mène au portrait de la Grosse Dame. Si la blonde passe généralement ses samedis en compagnie de ses amis, elle a envie d'être seule pour l'instant et elle ne se sent pas particulièrement à l'aise de l'avouer à la rouquine. Depuis l'attaque qui s'est déroulée au Chaudron Baveur, l'écossaise ressent de plus en plus le besoin de s'éloigner, de réfléchir à ce qui se déroule au sein du monde des sorciers aussi. Elle peut en parler avec James, Lily ou même Emmeline, Mary ou Trixie, mais ce n'est pas la même chose et parfois, elle a simplement envie de réfléchir, seule avec sa tête. Ces temps-ci, ses amis lui rappellent trop souvent qu'elle a l'air différente et qu'ils ne la reconnaissent plus vraiment, si bien qu'elle préfère éviter leurs reproches et profiter encore un peu de la neige et du froid de janvier.

Les marches des escaliers lui semblent interminables ce jour-là et elle se contente d'esquiver Peeves d'un bond léger lorsqu'il fond sur elle, soupire en levant les yeux au ciel. Cet esprit frappeur finira par tous les rendre fous. Il caquète d'ailleurs jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue et Marlene rejoint rapidement le hall d'entrée du château afin de faire face à l'air frais de l'hiver. C'est une belle journée, aujourd'hui, et les rayons du soleil l'aveuglent pendant une fraction de seconde, reflétés sur la fine neige qui s'est accumulée au sol. Le vent lui caresse agréablement les joues et la jeune fille prend le chemin du terrain de quidditch, persuadée qu'elle pourra probablement se distraire ainsi. Si seulement Marlene avait ne serait-ce qu'un minimum de talent lorsqu'elle se trouve sur un balai ! Mais non, absolument aucun. Elle préfère de loin garder les pieds sur terre et parfois, les matchs lui donnent le vertige et ce, même si elle est bien installée sur son siège dans les gradins.

Elle s'approche et devine une silhouette solitaire qui virevolte près des premiers buts du terrain, mais ne parvient pas à discerner exactement de qui il s'agit. Ce n'est que lorsqu'elle se trouve à quelques mètres seulement des anneaux géants qu'elle constate que l'étudiant est bel et bien seul et qu'il s'agit d'Eugene. Un sourire étire les lèvres de l'écossaise et elle l'observe quelques minutes, les bras croisés pour réchauffer ses mains.

« Hey Rhodes ! Tu vas devoir voler plus vite que ça si tu veux battre Emme' et James ! »

Elle ne peut pas s'empêcher de le suivre des yeux toutefois puisqu'il se débrouille franchement pas mal sur un balai. Puisqu'elle peine d'ailleurs à voler ne serait-ce que quelques minutes sans avoir la nausée, ce n'est pas si étonnant pour elle de considérer que n'importe qui s'avère doué sur un balai s'il parvient à s'élever à plus de quelques mètres de hauteur. Si la relation qu'elle entretient avec Eugene en est une de compétition et de taquineries constantes, elle doit néanmoins admettre qu'il est séduisant, ainsi positionné contre le ciel bleu des mois d'hiver.


† When you're weary, feeling small. When tears are in your eyes, i will dry them all. I'm on your side. when times get rough and friends just can't be found. Like a bridge over troubled water
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 74
▪ points : 102
avatar
Eugene Rhodes
MessageSujet: Re: just gonna watch you fly - or not ▸ eugene   Dim 18 Mar - 12:58

Depuis le retour des élèves à Poudlard, l’atmosphère était résolument étrange. Eugene faisait partie de ceux qui ne comprenaient pas vraiment comment réagir à cette attaque meurtrière au Chaudron baveur. Comme toujours, il était retourné chez lui à Bristol, pour passer les vacances auprès de sa chère mère. Il était bien loin de toute cette agitation ambiante, et il semblait bien mal placé pour en parler, d’autant plus qu’il persistait à ne choisir aucun camp. La neutralité lui convenait parfaitement pour le moment ; sans aucun doute, était-ce à cause de ce cocon protecteur de l’école de sorcellerie, perméable à toutes ces terribles nouvelles venues de l’extérieur. S’il paraissait insensible de prime abord, c’était tout simplement parce que le jeune Poufsouffle fuyait le débat sans vergogne. Les conflits, ce n’était vraiment pas pour lui.

Eugene remonta à la surface en compagnie de ses coéquipiers, quittant les sombres cachots qui avaient été attribués à sa maison de prédilection - et qui n’avaient que l’unique avantage d’être très très proches des cuisines de Poudlard -. Le terrain de Quidditch avait été réservé un peu plus tôt dans la semaine, et il était grand temps de se remettre à la pratique. Surtout pour Eugene, qui avait passé ces dernières semaines à dévorer tout ce que sa mère lui préparait - soit beaucoup, beaucoup de nourriture -. Il espérait que son balai réussirait à se décoller du sol, ou sinon il allait devoir se mettre au régime, ce qu’il détestait faire.

Il se changea rapidement dans les vestiaires, en n’oubliant pas d’enfiler deux ou trois couches de vêtements pour éviter de finir en glaçon. Si la journée était belle pour un mois de janvier, il ne fallait pas oublier que la neige était toujours d’actualité et les températures basses aussi, d’autant plus lorsque l’on se retrouvait à voler à toute vitesse en hauteur. Dans son casier, Eugene récupéra son balai. Ce n’était pas un modèle dernier cri, comme se vantaient d’avoir les serpents de l’école. Néanmoins, ce modèle de Comète lui suffisait amplement pour filer à toute vitesse à travers sur le terrain, en esquivant aisément les obstacles de ses adversaires. L’un de ses amis s’occupa de sortir la fameuse malle avec les balles : souafle, cognards et vif d’or. À peine avait-il mis un pied dehors que le Rhodes enfourcha son deuxième instrument de prédilection, en filant aussi rapidement que lui permettait son modèle de balai volant. L’entraînement débuta.

À peine une demi-heure plus tard, le Poufsouffle entendit la voix familière d’une certaine Gryffondor avec qui il entretenait une relation assez particulière, mêlant amitié et rivalité. Ses lèvres s’étirèrent en un sourire, alors qu’il fit tourner son balai avec une manœuvre discrète. « Tiens, McKinnon ? On ne te voit pas souvent descendre sur le terrain ! Il paraît que c’est sur les gradins que tu te déchaînes le plus. » Il faisait allusion au soutien sans faille de la Gryffondor pour son équipe, à défaut d’en faire partie elle-même. Probablement parce que ce n’était pas un sport pour elle, Eugene devinait. Le garçon fit un geste de la main à ses coéquipiers, les prévenant qu’il se prenait une petite pause. Juste le temps de discuter un peu avec la lionne, qu’il appréciait beaucoup malgré leurs chamailleries constantes.

En douceur, le Rhodes se rapprocha de Marlene, toujours sur son balai. « Alors, qu’est-ce qui t’as fait descendre de la tour des Gryffondors ? C'est parce que tu voulais me voir ? » plaisanta Eugene, à présent à la même hauteur que la jeune fille.


hufflepuff pride
You might belong in Hufflepuff,
Where they are just and loyal,
Those patient Hufflepuffs are true,
And unafraid of toil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 79
▪ points : 130
avatar
Marlene C. McKinnon
MessageSujet: Re: just gonna watch you fly - or not ▸ eugene   Mar 20 Mar - 4:32

Alors qu'elle croyait véritablement qu'Eugene était seul sur le terrain de quidditch, elle constate rapidement que ses coéquipiers voltigent également dans les airs, bercés par les rayons du soleil qui l'éblouissent. La réplique du Poufsouffle ne se fait pas attendre et Marlene sourit sans le lâcher des yeux alors qu'il entame sa descente.

« Je suis plus à l'aise sur les gradins, mais malheureusement, ce n'est pas pour toi que je crie ! »

Franchement amusée maintenant qu'Eugene se rapproche sensiblement de l'endroit où elle se trouve, la blonde lui offre une expression mutine, les yeux brillants d'espièglerie. C'est toujours comme ça, lorsqu'ils se retrouvent tous les deux et à bien y réfléchir, l'écossaise n'échangerait cette relation pour rien au monde. Il leur arrive même, parfois, de régler leurs plaisanteries en un duel magique amusant et diversifié ; quiconque en serait témoin aurait bien du mal, d'ailleurs, à parier sur l'un ou l'autre comme vainqueur. Rapides, audacieux et proactifs, les sorts fusent et les deux étudiants y sont trop bien préparés.

De par ses pensées qui dérivent rapidement, Marlene en vient à la conclusion qu'ils ne se sont pas amusés comme ça depuis longtemps et qu'elle aurait bien besoin de se vider l'esprit et de ne plus penser qu'aux futurs coups stratégiques de son adversaire. Elle se promet de lui en parler un peu plus tard, persuadée qu'Eugene est bel et bien l'un des seuls élèves du château  à lui tenir tête en terme de duels et à laisser libre cours à son véritable potentiel. Marlene déteste qu'on lui laisse des chances et elle préfère obtenir une victoire bien méritée plutôt qu'une victoire offerte sur un plateau par des garçons un peu trop machos et orgueilleux pour avouer qu'ils se sont fait démolir par une fille. Ce serait probablement le cas de Black, d'ailleurs.

L'écossaise lève les yeux au ciel à la question d'Eugene, ne peut empêcher ses pommettes de prendre une jolie teinte rosée, bien malgré elle.

« Ça te plairait trop. »

Elle reprend rapidement contenance, plante ses prunelles azurées dans les siennes.

« Je me suis dit que si je te dérangeais pendant ta pratique, on avait de meilleures chances de gagner. James a la tête un peu ailleurs, ces temps-ci. »

Un sourire amusé étire ses lèvres alors qu'elle connait très bien les raisons qui poussent son meilleur ami à sautiller sur son petit nuage depuis les fêtes de fin d'année. Elle grimace néanmoins un peu lorsqu'elle prend conscience du fait qu'elle donne raison à Eugene avec son mensonge, qu'elle dévoile que ses habitudes ne lui sont pas inconnues. Évidemment, Marlene a bien d'autres choses en tête en ce moment et c'est justement la raison pour laquelle elle a abandonné Lily dans la salle commune pour braver le froid de janvier. Suivre et espionner son Poufsouffle préféré n'était définitivement pas dans ses plans en disparaissant à travers le portrait de la Grosse Dame.

« D'ailleurs, ne lui dis jamais que j'ai dit ça, mais si avec un coup de souaffle ou deux tu pouvais lui remettre un peu de plomb dans le crâne ... »

Elle blague. Évidemment !

Un éclat de rire quitte ses lèvres afin de lui signaler qu'elle n'était vraiment pas sérieuse - si seulement il n'a pas encore compris la plaisanterie ! - et son attention quitte le Poufsouffle quelques fractions de secondes afin de se poser sur l'équipe qui voltige désormais au-dessus d'eux, ne revient vers lui que lorsqu'ils disparaissent à toute vitesse en direction des buts opposés.


† When you're weary, feeling small. When tears are in your eyes, i will dry them all. I'm on your side. when times get rough and friends just can't be found. Like a bridge over troubled water
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 74
▪ points : 102
avatar
Eugene Rhodes
MessageSujet: Re: just gonna watch you fly - or not ▸ eugene   Sam 21 Avr - 16:13

Un léger rire s’échappa des lèvres du Poufsouffle. Il était résolument amusé par la répartie de sa camarade. Marlene trouvait toujours réponse à tout, et ne manquait jamais une occasion de lui lancer une réplique cinglante. Des chamailleries qui étaient véritablement du goût d’Eugene, qui, de son côté, appréciait beaucoup ces joutes verbales. Le métis haussa un sourcil lorsqu’il l’entendit se justifier auprès de lui, tant pour ses encouragements sur les gradins qu’au sujet de sa venue impromptue sur le terrain de Quidditch de l’école de sorcellerie anglaise ; comme pour remettre en cause toutes ses protestations - qui étaient fondées, en vérité -. Lors des matchs, c’était sans aucun doute les Gryffondors qu’elle encourageait, puisque même son meilleur ami faisait partie de l’équipe des lions.

Le garçon se redressa un peu plus sur son balai, sans toutefois mettre un pied à terre. D’un, il préférait les airs à la terre ferme. La sensation de voler lui procurait un bien-être fou ; un remède au stress certainement meilleur que la méditation. De deux, il devrait sûrement bientôt retourner à son entraînement, où ses coéquipiers n’attendaient que lui pour compléter le poste laissé vide pour le moment. De trois… et bien Eugene ignorait ce que la blonde avait derrière la tête. Alors il restait quand même un peu sur ses gardes, au cas où il lui faille improviser sa fuite. On ne savait jamais avec la McKinnon. Après tout, ce n’était pas pour rien qu’on la disait proche d’un certain quatuor populaire de la maison des rouges et ors.

« Potter a la tête ailleurs ? Intéressant, j’en prends note » répondit Eugene, hochant sa propre tête comme si la blonde venait de lui lâcher une information digne d’intérêt. Tout le monde savait le pourquoi du comment de l’état de Potter… Impossible de l’ignorer lorsque l’on était un élève de Poudlard, à moins de s’être enfermé à double tour dans le placard à balais du rez-de-chaussée. Quoique… Le Poufsouffle n’oublia pas pour autant l’amorce de Marlene. « Mais vas-y, je t’en prie. On verra bien si tu vas réussir à me déconcentrer » ajouta-t-il, un sourire en coin se dessinant sur ses lèvres un brin gercées par la combinaison du froid et du vent. Celui-ci se transforma en esclaffement, en raison de la remarque qui suivit.

À l’hilarité du Poufsouffle se mêla celle de la Gryffondor, qui se permettait ce genre de petites taquineries malgré l’absence de l’intéressé. « Tu penses qu’un ou deux coups suffiront ? » Pas qu’Eugene soit proche de James Potter. Il en avait souvent entendu parler par le biais de Marlene, qui était tout de même une source de premier ordre. « De toute façon, Potter est assez doué pour éviter un souafle. Pourrais-tu en dire autant ? » Il la provoquait ouvertement et il savait qu’elle ne refuserait pas cette occasion de prouver qu’Eugene avait tort. L’essence même de leur relation reposait sur cette pseudo-compétition entre eux.

Alors le blaireau prit son envol sans attendre. Un sifflement parfaitement maîtrisé lui permit d’attirer l’attention de son coéquipier poursuiveur, - et pas seulement d’ailleurs, puisque les petits curieux se bousculaient aux portillons -. D’un geste de la main, il le somma d’envoyer la balle dans sa direction ; ce qu’il fit. Eugene rattrapa le souafle avec une grande facilité, ce qui n’était pas vraiment étonnant au final, au vu de toutes les années qu’il avait passées à s’entraîner. À présent à une distance suffisante de la lionne, le bras du jeune homme esquissa une courbe familière et au dernier moment, les doigts de sa main droite relâchèrent le souafle. Eugene faisait confiance à l’Écossaise pour rattraper celui-ci, ou au moins pour l’esquiver afin d’éviter un malencontreux incident et en prime, une visite chez l’infirmière.

Grossière erreur.


hufflepuff pride
You might belong in Hufflepuff,
Where they are just and loyal,
Those patient Hufflepuffs are true,
And unafraid of toil.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: just gonna watch you fly - or not ▸ eugene   

Revenir en haut Aller en bas
 
just gonna watch you fly - or not ▸ eugene
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER :: hogwarts :: extérieurs du château :: terrain de quidditch-
Sauter vers: