something you might like - Madam Rosmerta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▪ messages : 30
▪ points : 35
Alastor Moody
Alastor Moody
MessageSujet: something you might like - Madam Rosmerta   Jeu 24 Mai - 21:21

- Madam Rosmerta. C’est toujours un plaisir.

Alastor entre sans se faire prier, toise la jeune femme du regard sans même lui adresser un sourire. En y croyant très fort, vous auriez tout de même pu observer l’esquisse d’une courbette dans les mouvements de l’Auror, aussi bourru que peu doué avec les relations humaines. Et s’il est en réalité très heureux à l’idée de retrouver la serveuse ce soir, rencontre devenue rituelle avec les années, il n’en montre pas grand-chose. Comme d’habitude.

Il tombe le manteau, accessoire plus stylistique que fondamentalement utile à cette période de l’année. Le vêtement fait partie du personnage. Il l’envoie d’un coup de baguette vers le crochet le plus proche. À cette heure, le bar est déjà fermé. Il est même plus tôt que tard, si vous voulez mon avis, mais il n’en a jamais été autrement pour Jean et Alastor. Piètre alcoolique, Moody apprécie un bon verre à ses heures perdues, mais ce n’est pas tant pour le goût de l’alcool et les expérimentations de Rosmerta que l’Auror a un beau jour accepté de rendre visite aux Trois Balais après les heures d’ouverture de manière récurrente, non. Là se trouve le prétexte.

La véritable raison est bien moins aisée à avouer. Elle pique un peu également, parfois désagréable, souvent même tente-t-il de l’oublier. Il a abandonné cette idée dans les tréfonds de son esprit plusieurs années plus tôt, déjà. Moody n’est pas facilement séduit, il ne se laisse pas aisément sombrer non plus et si l’idée lui avait autrefois traversé la tête, il s’était bien vite empressé de remettre ses pensées en place. Du risque inutile que de se laisser distraire par de beaux yeux, avait-il toujours pensé, de trop jeunes yeux pour ne rien y changer, aussi s’était-il repris. Mais n’avait pas mis de terme à ces rendez-vous avec la serveuse, signe de faiblesse qu’il se refusait bien d’avouer, puisqu’il s’était persuadé que l’électricité présente dans l’air n’était que l’atmosphère habituelle des lieux.

- Du nouveau ? enchaine-t-il en s’approchant. Qu’as-tu d’exceptionnel en réserve, ce soir ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 46
▪ points : 40
Rosmerta A. Smith
Rosmerta A. Smith
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   Ven 25 Mai - 0:00

Les mots qui l'atteignent dans le bar vide attirent sur son visage un sourire rayonnant. Ses dents blanches apparaissent alors que la serveuse termine d'essuyer le comptoir, ne manquant pas de replacer une mèche folle échappée de son chignon faussement négligé, tandis que son autre main s'active à ne laisser aucune tache poisseuse. Un regard en coin. « Bonsoir. » Elle ne prononce pas de nom, Alastor déjà sur le bout de ses lèvres pulpeuses, mais retenu par une timidité qui ne lui ressemble pas. Moody qui lui semble insister sur les années malheureuses qui les séparent. « Le plaisir est partagé. » Il est si stoïque, comme à son habitude, et aucune émotion ne paraît passer sur son être, rien que ne remarque Rosmerta du moins. Mais il est présent ce soir – comme toujours - et c'est bien tout ce qui compte. Tout ce qui compte pour son avenir, et rien d'autre, bien sûr. Rien du tout.

« J'ai peur de te décevoir une fois encore. Mais l'hydromel a brûlé. Ne jamais plus rajouter les ingrédients au hasard et sans les mesurer avant. » Malgré la nonchalance dont elle fait preuve, Rosmerta s'est faite une frayeur quand le contenu du chaudron a explosé sur sa personne. un rire gêné glisse entre ses dents alors qu'elle s'approche de la réserve personnelle. Heureusement que le patron l'apprécie assez pour lui laisser les clés du bar, sinon ces soirées n'auraient jamais vu le jour. « Mais, J'ai créé un nouveau cocktail avec du Whisky Pur Feu, de la crème anglaise et.. un ingrédient secret. Bon je ne l'ai pas encore testé, mais ça ne peut que être bon, n'est-ce pas ? » Ils savent tous les deux que ses expériences ne sont pas toujours des réussites, et même si Rosmerta a été choquée de l'honnêteté brutale dont Alastor a fait preuve envers une de ses expérimentations la première fois, elle ne voudrait changer cette part de lui aujourd'hui.

Ses sourcils se froncent face à ces pensées qui semblent venir bien malgré elle et sa raison qui lui crie de les repousser. De sa main bandée, quelque peu brûlée lors de son expérience banalement infructueuse et pour le coup très chaotique, Rosmerta lui tend un verre et laisse ses doigts reposer autour de l'objet quelques secondes de trop , sans réellement y penser, sans rien rechercher. Vraiment. Bien silencieuse en sa présence, alors que ses yeux se posent sur le visage marqué de l'Auror, sans qu'il n'ait rien perdu de ce charme peu commode, un peu bourru, si brut, elle attend le verdict. Et ses dents mordillent ses lèvres. La sorcière d'ordinaire si confiante se retrouve incertaine, tout d'un coup peu sûre d'elle.



   
   
   
   
Golden Heart • Pure Mind
(c) Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 30
▪ points : 35
Alastor Moody
Alastor Moody
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   Ven 25 Mai - 0:57

L’ombre d’un sourire se dessine sur les traits fermés de Moody. S’il faut plisser les yeux pour le voir, imperceptible, il est bien là. Bien peu peuvent se vanter d’avoir réussi un tel exploit sur l’Auror en brisant quelque peu sa contenance, mais Rosmerta fait partie de ces gens pétillants qui lui donnent envie de faire un effort. Bien que peu visible, il reste important de le notifier. Il prend place sur un tabouret, au comptoir, toujours le même. Peut-être est-il un peu maniaque, après tout.

- Tu n’as pas peur de la texture ? demande-t-il sans même se soucier de la forme. Il ne s’en soucie jamais, à quoi bon ? Rosmerta ne lui a jamais demandé de mettre de gants, auquel cas peut-être, peut-être aurait-il fait attention, mais elle ne semble pas être choquée. Elle ne l’a jamais été, acceptant la critique et le caractère de l’homme sans jamais sourciller. Ca ressemble à un mélange risqué. Et visqueux.

Ses doigts effleurent un instant ceux de la blonde alors qu’il les referme sur le verre qu’elle lui tend. Bouffée de chaleur. Son regard croise le sien, profondément. Il chasse bien vite la montée d’adrénaline qui s’empare de lui. Idiot. Lui d’habitude si confiant, si fermé, se retrouve en bien mauvaise position devant cette jeune femme. Il a senti le bandage sous ses doigts, s’inquiète soudain quelque peu, mais elle attend. Il baisse les yeux en direction de son verre, jauge un instant le liquide épais avant de le porter à ses lèvres. Surprenant.

- Je retire mes paroles, Rosmerta, c’est surprenant. Laisse-moi deviner… Il goûte à nouveau, cherchant à percer le mystère de cette nouvelle boisson pour le moins agréable. C’est une fleur, je me trompe ? Violette ? Lavande ? Rose ?

Probablement à côté de la plaque, il se prête pourtant au jeu. Mais bien vite, son regard revient vers la main bandée de la serveuse et il reprend une expression plus sérieuse, plus grave, son accent écossais contribuant probablement à l’air bourru dont il est doté :

- Brûlée ? Maudits chaudrons… Laisse-moi y jeter un œil.

Il tend déjà le bras, sa baguette dans l’autre main. Son regard se perd quelque part entre le sourire et les yeux de la blonde alors qu’il prend conscience de son geste. Il ne soigne jamais personne, surtout pas une petite blessure comme une brûlure à la main. Pourtant, il offre son aide. Naturellement. Ça ne lui ressemble pas, mais il est trop tard pour reculer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 46
▪ points : 40
Rosmerta A. Smith
Rosmerta A. Smith
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   Sam 26 Mai - 16:31

Leurs doigts se frôlent et le contact l’électrifie, les étincelles perdurent durant l’attente, remontent le long de son bras et réchauffent ses joues à peine poudrées. « Il ne faut jamais se fier aux apparences ! » Alastor porte le verre au liquide étrange à ses lèvres, et les pupilles chocolat de Rosmerta se fixent ostensiblement sur les lippes du quarantenaire, bien incapable de se détacher de ce paysage qui s’offrent à elle. L’hésitation du sorcier ne passe pas inaperçu, et pourtant il finit par déguster le cocktail. Les battements de son cœur s’accélèrent, causée par l’attente et non par les lèvres fines un peu humidifiées par le liquide, ni même par la barbe de trois jours sur la mâchoire de l’Auror. Reprends-toi. Tu es ridicule.

Son sourire revient de plus belle face à l’appréciation d’Alastor et ses yeux reviennent se plonger dans les siens, comme si Rosmerta avait peur d’avoir commis une vilaine bêtise, prise sur le fait d’une envie coupable. De toute façon, il ne remarquerait jamais cet émoi, qu’elle se rassure. Un peu déçue peut-être, si elle était tout à fait honnête. La serveuse tape dans ses mains et ses yeux pétillent maintenant. « Yes ! Je peux t'avouer maintenant que moi aussi j’ai eu un peu peur du résultat en voyant la texture. Tu m’en vois soulagée. » Son corps se rapproche et vient se coller contre le bois froid du bar. « Ah mais je ne sais pas si je dois te révéler mes secrets … » Après un instant, elle ajoute « Tu chauffes, c’est bien une fleur. »

Quelques secondes passent, le silence s’installe alors qu’elle trépigne presque de l’envie de tout révéler, c’est sûr, elle ferait une bien piètre espionne. Mais le visage du sorcier prend un air sérieux, alors que ses yeux noisettes sont posés sur la main bandée. Étonnée d’une telle attention, Rosmerta se retrouve comme figé, la bouche entrouverte, Sa demande - presque un ordre - lui parait tellement éloigné de l’image du sorcier que son esprit a formé depuis que ces rencontres ont commencées. « Oh c’est pas grand-chose, c’est juste pas très joli. Le risque du métier ! Mais je n’ai jamais été douée avec les sortilèges de guérison.. » Pourquoi prétendre ne pas souffrir, ne pas avoir ressenti toutes la journée cette douleur lancinante sur la paume de sa main ? La blonde pense savoir mais refuse de se pencher sur la question. Trop risqué. Comme toutes ses pensées traîtresses qui surgissent quand il lui rend visite ces derniers temps.

Rosmerta lui tend la main enfin, après avoir détaché le nœud qui tenait le bandage en place. La peau cramée apparaît dans la lumière tamisée mais la chaleur qu’elle ressent dans le bas de sa nuque, jusqu’au bout de ses oreilles, provient surtout du contact de sa peau contre la sienne. N’ayant pu empêcher ses yeux de se plisser et ses lèvres de se retrousser à la vue de cette main abîmée, elle esquisse un sourire embarrassé. « Je suis une petite nature. Toi, tu as sans doute vu bien pire. » Des paroles murmurées, où se mélangent admiration et tristesse. « Bon. Je me tais et je te laisse me soigner. Allez-y docteur. » El les dents blanches de reprendre leur travail acharné sur sa lèvre inférieure alors que ses yeux ne se décollent plus de ceux hypnotiques d’Alastor Moody.



   
   
   
   
Golden Heart • Pure Mind
(c) Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 30
▪ points : 35
Alastor Moody
Alastor Moody
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   Dim 27 Mai - 21:35

C’est bien une fleur, confirme-t-elle, mais Moody n’a pas la patience – ni la moindre envie - de jouer aux devinettes. Ce soir plus que jamais. Il ne cherche pas à prolonger l’échange, se contentant d’un hochement de tête victorieux et d’un grognement approbateur. Peu bavard, il s’estime déjà assez heureux d’avoir eu raison sur la nature de l’ingrédient inconnu et ne compte pas aller plus loin. Pas ce soir, et certainement pas maintenant qu’il a repéré la blessure de Rosmerta. Il scrute, observe, tente de jauger les dégâts mais le bandage l’en empêche, aussi ne se fait-il pas prier pour réclamer à voir la main de la serveuse. Inquisiteur, il ne lui laisse pas tout à fait le choix malgré ses quelques protestations. Une brûlure fait mal. Une brûlure aussi mal placée que celle-ci doit la faire horriblement souffrir et le cœur de pierre de l’Auror se fissurerait presque à cette idée.

- Ne me prends pas pour un crétin,
se contente-t-il de marmonner alors qu’il lui enlève son bandage et constate l’ampleur des dégâts. Il grimace légèrement, plus par empathie – un exploit en soi - que par dégoût. C’est moche.

A-t-elle seulement tenté de soigner ce truc, se demande Moody en scrutant la plaie noircie. La peau est calcinée et s’il n’est pas médicomage, il devrait être capable de régler ça, au moins d’évacuer tous les risques d’infection et d’accélérer la guérison. Son emprise sur les doigts de la blonde se fait peu à peu moins rude, s’adoucit pour ne plus finir qu’à ressembler à une caresse. L’Auror n’en prend même pas conscience alors qu’il relève le regard vers les iris claires de Rosmerta. L’électricité de l’air se fait ressentir alors qu’il se sent happé par ces yeux. Il a baissé la garde, deux secondes à peine, et il n’entend que de loin les remarques de la serveuse.

- Je ne suis pas médicom… commence-t-il, premier degré, avant de secouer la tête et se reprendre. Ouais, non, laisse tomber.

Crétin.

Un coup de baguette sur la plaie et celle-ci se rétracte lentement, ne laissant plus qu’une tâche rosée sur la paume de la jeune femme. Moody sait qu’il est temps qu’il la lâche, à présent. Son corps semble ne plus lui obéir, cependant, gardant sa main dans la sienne et son regard dans le sien. Quelques secondes à peine. Trois, quatre tout au plus. Assez pour qu’elles aient l’air de durer des heures et lorsqu’Alastor tourne enfin la tête en se raclant la gorge, c’est vers son cocktail à la crème anglaise qu’il se tourne, cherchant sa contenance à présent bien enfouie.

- Ca devrait être bon, finit-il par articuler. Continue d’appliquer un baume cicatrisant, tu en trouveras chez n’importe quel apothicaire, et ça devrait être bon.

Il évite soigneusement de la regarder dans les yeux, conscient qu’il s’y perdrait encore, conscient aussi qu’il se doit de contrôler son esprit, lui d’ordinaire si rigide et froid. Alors, il se concentre sur son verre, feignant d’être intéressé :

- Tu ne comptes vraiment pas me donner le nom de cette fleur, mmh ?

Non, il n’a rien de mieux en stock. Il n’a pas l’habitude, voyez-vous. Et si l’envie de fuir est présente, il sait qu’il n’en fera rien, trop fier, trop froid pour s’autoriser ce genre de comportement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 46
▪ points : 40
Rosmerta A. Smith
Rosmerta A. Smith
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   Mer 13 Juin - 15:24

Il ne fait preuve d’aucune délicatesse, ni dans la constatation brutale de la laideur de la plaie, ni dans la manière de prendre sa main dans la sienne. Et pourtant, dans cette seconde où les deux mains se touchent, tout le reste disparaît. Enfin non, parce qu’il n’est rien pour elle de plus qu’un client occasionnel et un testeur de bon goût. Non parce qu’elle n’est rien pour lui qu’une serveuse écervelée qui ne sait même pas guérir une plaie et qui se comporte bien trop souvent comme une gamine. Donc non, le reste ne disparaît pas, et Rosmerta n’a pas du tout l’impression qu’un nuage les enveloppe et qu’il fait d’un coup bien plus chaud et bien plus lourd.

L’insistance de ses doigts qui s’éloigne, la caresse qui remplace la prise ferme d’un peu plus tôt, et ses yeux noisettes qui se plongent dans les sien, qui la fixent comme s’ils voyaient quelque chose qu’elle ne comprend pas, comme s’ils trouvaient quelque chose qu’elle cherche sans succès depuis des années. Tout cela intensifie l’échange, le moment, et la serveuse d’ordinaire si maîtresse d’elle-même quand on parle émotions, se retrouve les joues en feu. Rosmerta n’entend pas la remarque de Moody, pas plus qu’elle ne sent disparaître la douleur lancinante de la brûlure quand le sortilège est lancé. En fait, elle ne remarque rien d'autre que lui.

Et pouf, le moment leur échappe alors qu’il se retourne et qu’elle reste là, la main tendue qui picote - à cause du sort ou d’autre chose, elle ne veut pas le savoir.

Reprendre pied avec la réalité, ses yeux qui clignent comme pour se sortir d’un rêve, réapprendre à respirer. C’est ce qu’elle fait au lieu d’écouter les conseils avisés de l’Auror. Et quand il lui pose une question, Rosmerta se sent comme à court de mots, littéralement. Et c’est bien le comble pour elle. Alors elle se racle la gorge, secoue sa chevelure dont les cheveux continuent de s’échapper mèches par mèches et attrape à nouveau le chiffon oublié. Se concentrer sur quelque chose de concret. Car rien ne fait sens à l’heure actuelle. Et après un temps, qu’elle juge bien trop long. « Fleur d’oranger. » Un murmure, l’organe pas encore tout à fait remis. Idiote. Gamine. Gourde. Vite, fais quelque chose, dis quelque chose. « Considère cette confidence comme un remerciement pour ma main. Ne va pas répéter mes secrets à n’importe qui. J’ai un bar à faire tourner ! »

Aller sur un terrain plus stable, voilà ce qu’elle cherche à faire, se tenir éloignée du soleil. Car à trop s’approcher, on finit par brûler.

« Tu veux un autre verre ? Enfin, sauf si tu dois y aller. Je ne voudrais pas te retenir. Mais je ne veux pas non plus avoir l’air de te mettre dehors. Je … Hem. Je vais me prendre un verre moi. » Rosmerta se retourne et secoue imperceptiblement la tête, ne comprend pas ce qui lui arrive et profite de resservir les verres pour prendre une nouvelle inspiration. Remettre les compteurs à zéro.

Et quand elle se retourne, la bizarrerie qu’elle ressent semble avoir disparu. Pour le moment. Comme une enfant, elle pose les deux coudes sur la table et le menton sur la paume non blessée. « Et si tu me racontais une de tes aventures ? Enfin rien de top secret, of course. » comme elle appelle ses voyages pour son boulot. Figée à ce bar, Rosmerta voyage à travers le récit des autres.



   
   
   
   
Golden Heart • Pure Mind
(c) Miss Pie

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 30
▪ points : 35
Alastor Moody
Alastor Moody
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   Dim 17 Juin - 14:32

Son regard fuit, insistant sur un point situé entre son verre et son pouce qui le tient fermement. Un faible sourire illumine son visage lorsqu’elle lui révèle l’ingrédient secret de sa concoction, l’unique fleur comestible qu’il n’ait pas citée lui semble-t-il alors. Il dodeline de la tête, feignant l’intérêt surjoué, et relève sensiblement les yeux vers la blonde lorsqu’elle insiste sur le caractère secret de l’information. Si Alastor Moody n’était pas capable de garder le nom d’une stupide fleur dans un – désolée – stupide cocktail, alors, c’est un bien piètre auror qu’il ferait là. Il se tait cependant, se contentant de feindre la fermeture de sa bouche à double-tour dans une tentative d’humour peu réussie. Ce n’est pas là son domaine de prédilection, dirons-nous.

Un autre verre. Alastor hésite, il hésite longtemps, pesant le pour et le contre, calculant le danger, les probabilités, les échappatoires possibles de cette situation étrange – bien qu’à y réfléchir, peu déplaisante, de quoi déstabiliser encore plus l’auror en quête de sa froideur habituelle.

- Pour moi aussi, Rosmerta, l’interpelle-t-il après de trop longues secondes de stand-by. Un Pur-Feu.

De quoi se rincer la gorge et cesser d’agir comme le dernier des imbéciles, n’est-ce pas. Bonne idée. Elle se détourne et Moody en profite pour se racler la gorge, secouer la tête et remettre une mèche de cheveux en place d’un geste minutieux, mettant un terme aux enfantillages. Et en effet, la tension dans l’air disparaît peu à peu, du moins semble-t-elle se calmer pour l’instant. Il respire. Une gorgée brûlante de whisky plus tard, l’auror est de retour, droit, froid, direct.

- Y’a plus rien de top secret quand il s’agit de Mangemorts, crois-moi. Normalement, si. Il n’a pas plus le droit d’en parler que n’importe qui d’autre, en réalité. Mais l’animosité qui le gagne à leur simple évocation suffit amplement à Alastor Moody pour n’en faire qu’à sa guise et en parler quand même. Faut faire passer le mot. Surtout quand on bosse dans une taverne ou tous ces lieux publics susceptibles d’abriter du timbré notoire, Dolohov, Lestrange, Nott et autres qu’il n’est même plus nécessaire de présenter.

Il prend quelques secondes pour réfléchir. Des aventures, il en a vécues, mais s’il a l’ego surdimensionné, il ne ressent pas le besoin de raconter ses exploits à qui veut les entendre, se suffisant amplement à lui-même. Et au fond de lui, tout au fond de lui, il n’aurait pas tant envie que cela d’effrayer la blonde face à lui, ni même de confirmer les rumeurs – fondées – sur son impitoyable caractère et ses manières radicales de combattre la vermine.

- Pour être honnête, on stagne un peu. On sait parfaitement qu’on est infestés au sein même du Ministère, ils nous mettent pas mal de bâtons dans les roues. Y’a quelques mois, j’avais démantelé une ancienne cache au Pays de Galles, j’avais un prof de Poudlard avec moi… On a trouvé pas mal d’informations compromettantes sur pas mal de gros noms, des Malfoy, Nott, Black… Dolohov, évidemment. Il retient à peine un sifflement dégoûté. Si je devais deviner lequel d’entre eux a foutu le feu au bureau où on a entreposé les preuves, j’y arriverais même pas. J’aurais dû continuer à bosser là-dessus seul au lieu de ramener tout ça au Ministère.

Il termine son Pur-Feu d’une traite, sec, encore malade de ce gâchis. Il avait longuement hésité à continuer à enquêter en roue libre, mais l’ampleur des informations auraient pu vraiment changer le cours des choses et il avait préféré en parler avec ses collègues. De quoi penser que même le bureau des Aurors était infiltré.

- Qu’est-ce que tu veux, finit-il par soupirer, ils sont partout. Faut rester vigilants. Surtout toi, là, dans une taverne : tu dois voir passer le défilé des débiles profonds relativement souvent, si tu veux mon avis. Tu sais te défendre ?

Ébauche d’une proposition. Il est rare qu’Alastor propose son aide à qui que ce soit, seuls quelques rares privilégiés y ont eu – et y auront – droit tout au long de sa vie. Pourtant, il voit en Rosmerta l’âme d’une résistante, d’un potentiel qui serait gâché à ne pas le développer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: something you might like - Madam Rosmerta   

Revenir en haut Aller en bas
 
something you might like - Madam Rosmerta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER :: wizarding world :: pré-au-lard :: trois balais-
Sauter vers: