If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
▪ messages : 68
▪ points : 65
Darcy Finnigan
Darcy Finnigan
MessageSujet: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Sam 20 Jan - 17:36

Quelqu'un dans cette école a dû lire un livre de pédagogie récemment. Pas que Darcy s'en plaigne, même si elle ne voit que peu l'intérêt de l'exercice. Mais ce n'est pas comme si ses punitions précédentes avaient eu beaucoup plus d'impact. Miss Finnigan ne possède que peu - voire pas - d'esprit d'équipe et de compétition, aussi se voir retirer des points pour ses offenses ne lui fait ni chaud, ni froid. Certes, elle préfère quand Serdaigle gagne la coupe plutôt que Serpentard et elle trouve la victoire des Gryffondors souvent trop tapageuse. Mais si Poufsouffle l'emporte, grand bien leur fasse. La brune a d'autres chats à fouetter que courir après des points. Les retenues lui font perdre un peu de temps et ne sont pas toujours agréables, mais généralement, elles en valent la peine. La liberté n'a peut-être pas de prix mais elle a des conséquences et, cela, la jeune sorcière l'assume pleinement.



Aussi, elle se présente en salle de retenue avec une pointe de curiosité et beaucoup de désinvolture. Elle est sensée aider une étudiante de cinquième année à travailler les Sortilèges. Une sorte de tutorat forcé en guise de punition. Ce n'est pas le plus terrible des châtiments mais une pauvre session de révision ou d'entraînement n'aura qu'un impact limitée sur cette demoiselle, pas encore présente. Flitwick est là lui, toujours aussi guilleret. Darcy se demande parfois ce qui pourrait entacher la gentillesse et la bonne humeur du directeur de sa maison. « Vous aiderez miss O'Cahan aujourd'hui. J'attends bien sûr la plus grande patience et beaucoup de sérieux, tâchez de faire honneur à Rowena! Ah voilà votre camarade de Poufsouffle. Bien, je repasse tout à l'heure, travaillez bien mesdemoiselles! »

Le professeur de Sortilèges quitte la salle alors qu'une jolie rousse a l'air intimidé y entre. Combien y a-t-il de rouquines dans cette école? Et Rowena Serdaigle était-elle vraiment une grande pédagogue, elle qui valorisait l'intellect, la recherche et la créativité chez ses étudiants? De ce qu'elle avait lu sur la fondatrice, Darcy l'avait toujours imaginé comme froide et un peu snob, peu agréable envers les élèves d'autres maisons et pas franchement encourageante dans ses méthodes d'éducation. Mais ce n'est pas la question en ce samedi matin frais et ensoleillé.

« Darcy Finnigan, enchantée. O'Cahan, c'est ça? Tu viens d'où? » Question naturelle et immédiate de deux irlandaises se retrouvant dans la même pièce. « Flitwick m'a dit que je devais t'aider en Sortilèges, je propose qu'on fasse juste quelques sorts pour t'entraîner. Tu veux faire quelque chose en particulier? Sinon, on peut commencer par le sort de lévitation? Il ressort chaque année à l'examen celui-là. » Sans doute car c'est un des fondamentaux en la matière et que si l'on ne peut produire un bon Wingardium Leviosa, ce n'est pas franchement la peine d'aller plus loin. Mais Darcy ne se permet pas de faire une telle remarque à Poufsouffle, qui n'a rien demandé. « Au fait, tu es là pour quoi? » La brune est plutôt curieuse de savoir quel crime mérite de devoir la subir comme mentor pour la matinée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 271
▪ points : 389
Moreen O'Cahan
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Lun 22 Jan - 19:35

Lorsqu’elle entre dans la salle de retenue, avec ses livres et ses parchemins, Moreen ne s’attend pas à tomber sur une sixième année. Encore moins une Serdaige comme l’indiquent ses vêtements. Elle se décale pour laisser passer le professeur de sortilèges qui ne manque pas de lui envoyer un sourire encourageant. « Tout va bien se passer. » dit-il avant de quitter la salle d’un pas assuré et enjoué.

Elle s’avance lentement, loin d’être à l’aise devant des inconnu. Impressionnée aussi par la confiance et l’énergie qui semble se dégager de l’étudiante. « Enchantée. Tu peux m’appeler Moreen. Je viens d’Irlande. Comme toi non ? » Moreen reconnaîtrait cet accent n’importe où, et rien qu’en entendant les intonations propres à son pays natal, la jeune étudiante éprouve une bouffée de nostalgie. « Ca fait plaisir de rencontrer une compatriote ! Tu viens de quel endroit ? » L’Ecosse n’a rien à envier à l’Irlande, mais ce n’est pas pareil. Il n’y a pas tout les souvenirs et la nostalgie.

« On peut commencer par un sortilège de lévitation oui. Mais c’est plutôt dernièrement que j’ai commencé à prendre du retard. » Elle ne veut pas se vanter car elle est loin d’exceller dans les cours du professeur Flitwick, mais elle n’est pas non plus médiocre, et la proposition la vexerait presque si elle n’avait pas été faite sur un ton sympathique et avenant. « J’ai du mal à suivre dernièrement. Et la dernière fois je me suis ... endormie. Le professeur Flitwick m’a proposé de suivre des cours, mais il ne m’avait pas dit que ce serait avec une autre élève. » Pas que cela dérange Moreen, Darcy ne passera pas son temps à essayer de lui remonter le moral avec sa bonne humeur comme l’aurait fait le professeur. « Et toi ? Tu as fait quelque chose pour te retrouver coincée avec moi ? » Sinon pourquoi elle aurait accepté d’aider une inconnue qu’elle ne connait pas. De plus, les maisons ont tendance à rester entre elles plutôt qu’à se mélanger. Ce qui agace l’irlandaise puisque sa meilleure amie se trouve chez les Griffondor et qu’elle ne peut, de fait, pas la voir aussi souvent qu’elle le voudrait. Peut-être que le professeur souhaite palier à ses différences, ou bien personne d’autre n’était disponible. Mais la question des maisons n’est pas le sujet de leur rencontre. Et quoi qu’il en soit, c’est Darcy Finnigan qui va être sa tuteure pendant quelques séances, Moreen aurait pu tomber sur pire.

Après quelques échanges, elles décident d’évaluer où en est Moreen. La rouquine commence par effectuer un sortilège de lévitation qu’elle réussit sans trop de mal. Même si son geste est un peu rigide et manque de souplesse, la plume s’envole et flotte un petit moment dans les airs. Elle effectue ensuite un sortilège d’allégresse, avec toujours autant de réussite. Mais c’est lorsqu’elles effectuent des sortilèges de quatrième année que Moreen commence à avoir des problèmes. Après de multiples accio sans succès, la rouquine laisse tomber sa main mollement le long de son corps. et pousse un grognement de frustration. La fatigue commence à se faire sentir, mais elle ne laisse rien paraître.
« Voilà. Celui là je bloque. L’année dernière c’était mieux. Mais je n’arrive plus à le faire. » Elle cherche à s’expliquer, se sentant un peu penaude devant la grande jeune fille qui semble tout bien maîtriser. « Désolée, tu te retrouves à devoir m'aider alors que tu as sans doute mieux à faire par cette matinée. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 68
▪ points : 65
Darcy Finnigan
Darcy Finnigan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Mar 6 Fév - 18:11

Darcy esquissa un sourire quand la jeune O'Cahan confirma ses origines d'outre-mer. Il était toujours agréable d'entendre une voix un peu plus chantante, des mots familiers et pouvoir s'épancher sur le mal du pays avec une compatriote. « En effet. D'autant plus enchantée alors. » La brune fit un sourire en coin, un rien enjôleur, comme toujours. « Je suis de Killarney, enfin, du coin. » Comme toute famille de sorciers avec une poignée d'enfants, les Finnigan vivaient un peu en retrait du monde, dans une vieille maison, quasiment au milieu du parc national. « Et toi? » La petite Poufsouffle n'avait pas encore assez parlé pour que Darcy puisse déterminer d'où son accent provenait exactement. D'autant que la demoiselle n'avait pas la meilleure oreille pour ça et se trompait souvent, pour le plus grand amusement de son frère aîné.

Les présentations furent toutefois vite terminées et Moreen en vint à expliquer les raisons de ce petit cours particulier. Pour Darcy, les Sortilèges étaient une matière assez facile, cela lui venait assez naturellement. Elle ne faisait pas d'effort particulier et obtenait des résultats honorables et, surtout, n'avait aucun mal à refaire les sorts qu'elle avait appris. Ce qui, à ses yeux, étaient l'essentiel. Mais Flitwick n'était pas parvenu à passionner cette charmante rouquine et l'avait donc refourguée à une sixième année. Pédagogie ou laxisme, l'éternel débat dans cette école. La brune haussa vaguement une épaule face à la curiosité réciproque de sa camarade et répondit simplement. « Oh, disons que je n'étais pas tout à fait là où j'étais sensée être et en compagnie douteuse. » Un sourire, une oeillade taquine et elle passa rapidement à la suite. Peut-être expliquerait-elle tout cela en détail à miss O'Cahan plus tard.

Mais pour l'heure, elles devaient au moins faire semblant de se mettre à l'ouvrage. Visiblement, Moreen avait une bonne maîtrise des bases mais quand les choses se corsaient, cela coinçait. Et malgré la rigueur de travail propre à sa maison, la jaune et noire sembla semblait un peu découragée. Le geste était flou et sa concentration devait pêcher. Darcy ne voyait pas exactement comment aider sur ce dernier point, mais elle ferait un effort pour l'aider néanmoins. « Je vois. Déjà, tu n'es pas un cas désespéré, c'est un bon point. J'avais un imbécile à côté de moi l'année dernière qui tenait à peine sa baguette par le bon bout hein. » D'ailleurs, elle se demandait bien comment ce Serpentard avait fait pour poursuivre ses études. « Et ne t'inquiètes pas, je préfère ce genre de retenue que copier des lignes. » La Serdaigle fit un geste avec sa propre baguette, faisant apparaître une belle pomme rouge sur une table. Elle eut un sourire satisfait de ses progrès en sortilèges informulés mais revint vite à l'instant présent. Darcy s'approcha de la jeune femme et fit un geste doux en direction de son bras. « Tu permets que je guide ta main? Ton mouvement est imprécis et c'est important pour ce sort. Autant la prononciation de la formule n'est pas très importante, autant le geste oui. »

Elle attendit le consentement de la jeune fille et ajouta. « Cela dit, la clé pour un bel Accio, c'est de visualiser l'objet. Tout est dans l'intention, la beauté du geste. C'est souvent le cas en Sortilèges, c'est ce qui peut en faire une matière un peu... délicate. Les maléfices et les contre-sorts, c'est de l'instinct. La métamorphose, c'est cérébral, c'est l'anatomie de la magie qu'il faut comprendre. Mais, les Sortilèges, tout est dans l'imagination et l'élégance. » La Serdaigle parlait de magie comme elle parlait de littérature ou d'art. Avec un petit élan passionné dans la voix, une fougue bien cachée sous un abord flegmatique. Une poésie toute irlandaise sans doute. « On y va? Parce que sinon, les Augurey arriveront avant qu'on ai lancé un sort. » Evidemment, cela ne l'empêchait d'avoir un certain pragmatisme et une patience toute limitée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 271
▪ points : 389
Moreen O'Cahan
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Ven 9 Fév - 15:16

Moreen se souvenait avoir visité le Parc National ainsi qu’une cathédrale de Killarney lorsqu’elle était toute petite. Cela expliquait pourquoi leur accent n’était pas tout à fait similaire malgré les ressemblances. « Je suis née à Dublin, nous avons dû partir lorsque j’étais petite pour un tout petit village que tu ne connais sans doute pas !» Lorsque sa fille de 5 ans se transformait en créatures imaginaires pour les moldus, on n’avait d’autre choix que de s’enfuir dans un coin reculé. A bien y réfléchir ses parents auraient dû faire cela dès sa naissance et ses premiers changements, mais ils avaient d’abord utilisé des sorts d’illusion et de protection, jusqu’à ce fameux jour où tout avait changé pour sa mère et elle. Bien sûr, Moreen ne dit rien de tout cela, personne n'avait besoin de savoir ça.

Lorsque sa tutrice imposée, bien plus charmante que le professeur de Sortilèges, lui envoya une œillade suggestive, pour appuyer ses propos qui avaient suffi à mettre Moreen mal à l’aise, la petite rouquine rougit au niveau des oreilles. Seul endroit de son visage dont elle n’arrivait pas à contrôler les expressions. Elle n’était pas naïve au point d’ignorer de quoi parlait la grande brune, cependant, tout cela semblait bien loin de ses préoccupations. Déjà qu’il lui était difficile de lier des liens amicaux, l’amour étant synonyme pour elle de déception et dépression. Puisqu'elle avait pour seul exemple, sa mère. Elle n’aurait d’ailleurs pas pu comprendre qu’il ne s’agissait pas tout le temps d’amour lorsqu’on parlait de la … Chose.

Après ses échecs répétés, elle s’attendait à des critiques ou des remontrances un peu sèches. Pourtant, la Serdaigle n’en fit rien, bien au contraire, elle se montra compréhensive et lui expliqua avec détails ce qui pêchait dans son maniement de la baguette. « Tu sais faire des sortilèges informulés ? » S’étonna-t-elle avec un peu d’émerveillement, lorsqu’une pomme apparut sans qu’aucun son n’ait quitté les lèvres de la grande brune. Elle se figea lorsque Darcy lui pris délicatement le bras, peu habituée aux contacts physiques, mais ne s'éloigna pas. Après tout, elle était là pour apprendre et rien d’autre. Moreen acquiesça à tout ses conseils, les répétant plusieurs fois dans sa tête afin de les mémoriser. Puis elle se perdit dans les paroles qu’elle entendait. Elle n’avait jamais entendu un professeur parler avec autant d’émotion dans la voix de leur matière et elle ne put s’empêcher de dire « Tu ferais un bon professeur, je pense … » Alors qu’elle ne la connaissait pas et qu’elle n’en savait rien.

Elles n’avaient cependant pas toute la journée. Alors Moreen tenta de se concentrer à nouveau et de visualiser le livre qu’elle tentait de faire venir jusqu’à elle, elle imagina ses reliures, et repensa aux grandes lettres manuscrites dorées qui ornaient sa couverture. Ce qui était le plus compliqué était de se laisser aller à l’imagination tout en contrôlant la partie d’elle qui ne devait pas se réveiller. Plusieurs minutes passèrent sans que rien n’apparut, elle essaya encore et encore. Changeant son geste, le rendant plus précis, se concentrant sur ce livre ; jusqu’à ce qu’enfin, il apparaisse sous ses yeux, bien réel. Après un petit sourire de victoire très discret, elle se tourna vers l’irlandaise «Merci pour tes conseils. Les Augurey peuvent rester chez eux ! C’est dommage j’aimerais bien en voir un, someday. » Dans sa fierté, elle s’ouvrait un peu, oubliant ses problèmes, ne réalisant même pas qu’elle avait un peu lâché prise et que rien de néfaste ne s'était produit. « On passe à un autre sort ? Ou je recommence celui-ci encore un peu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 68
▪ points : 65
Darcy Finnigan
Darcy Finnigan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Ven 16 Fév - 17:07

L'étonnement et la pointe d'admiration dans la voix de la Poufsouffle n'était pas pour déplaire à Darcy. Elle s'était beaucoup entraînée depuis le début de l'année et avait parfois ignoré le professeur Flitwick au profit de ses petites expériences. Elle progressait bien, même si elle rencontrait évidemment quelques difficultés. D'ailleurs, elle fit montre d'une grande honnêteté envers Moreen, sans fausse modestie toutefois. « Oui, c'est au programme des ASPIC et c'est mon truc du moment. Je m'entraîne souvent et ça commence à payer, même si tout n'est pas encore parfait. » Je vois bien que cette jolie pomme a perdu un peu de son éclat lors du déplacement, mais au moins, elle est apparue au bon endroit cette fois.

L'autre fille l'écouta avec une attention qui surprit la brune, presque autant que son compliment. Elle haussa un sourcil, le jugement lui semblant un peu hâtif mais esquissa tout de même un sourire. « Je pense que je n'aurais pas la patience d'enseigner, mais c'est tout de même gentil à toi. » Moreen se mit alors à l'oeuvre, concentrée, appliquée. Elle pouvait voir l'effort sur son visage, sentir les pulsations de la magie qui s'activait dans l'air. Finalement, un livre traversa la pièce à vive allure et atterrit droit dans les bras de la petite rousse. Darcy eut un sourire encourageant et un hochement de tête enthousiaste, loin de faire écho à la bonne humeur de l'intéressée. « Tu sais, les Augurey portent malheur... » Sa voix grave ne s'était pas voulue si morne et décourageante, mais ce n'était sans doute pas la meilleure chose à dire. Elle se dépêcha donc d'enchaîner, espérant ne pas avoir trop entaché l'atmosphère joyeuse et studieuse qui s'instaurait. « Et je te propose de réessayer, avec des objets à différentes distances. C'est comme ça que tu sauras si tu maîtrises bien le sort, avec de la répétition. »

Elle se rapprocha à nouveau de la jeune fille et ajouta « Et il faut que tu affines la maîtrise du geste. Plus rapide, plus précis. » Elle posa sa main sur la sienne et la fit tournoyer une, deux, trois fois. Vite. Douceur et dextérité. Les doigts fin de la Serdaigle remontèrent le long de son bras et elle chuchota. « La magie est une énergie qui circule dans tout ton corps, sois à l'écoute. » Darcy lui laissa finalement un peu de place pour respirer et relancer le sort. Il ne lui manquait qu'un peu d'entraînement pour relancer la barre et peut-être se détendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 271
▪ points : 389
Moreen O'Cahan
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Lun 26 Fév - 17:44

Moreen ne répondit rien quant à la remarque sur l’augurey, ce n’était pas la première personne qui pensait - à tort - que les augurey portaient malheur. Elle ravala un commentaire, car après tout, les deux étudiantes n’étaient pas venues ici pour parler créatures magiques (bien que Moreen aurait sans doute préféré cela à des cours de sortilèges). Elle fut un peu déçue de devoir retenter le sortilèges à plusieurs reprises. Elle n’était pas idiote au point de penser qu’il suffisait de réussir une fois pour ne plus jamais avoir à s’entraîner, mais la fatigue commençait déjà à se faire sentir en elle. Forcément lorsque l’on passait ses nuits à faire tout sauf dormir, on ne pouvait pas s’attendre à déborder d’énergie dans la journée. Mais qu’y pouvait-elle quand elle se retrouvait en pyjamas à moitié licorne à galoper dans les couloirs de Poudlard. Il valait mieux perdre quelques heures de sommeil que risquer la découverte de son secret par des personnes mal intentionnées non ? Pourtant, la Poufsouffle en était de moins en moins convaincue.

Perdue dans ses pensées qui l’emmenaient toujours au même endroit, Moreen ne fit pas de progrès extraordinaire durant les quelques minutes suivantes. Jusqu’à ce que Darcy se rapproche à nouveau pour lui expliquer que son geste était trop rigide. Pas assez fluide et détendu. Sans doute était-ce dû à la rigidité interne de la jeune fille et à son état constant de vigilance et de contrôle. Elle se raidit moins que la première fois lorsque la Serdaigle la toucha à nouveau. Moins prise au dépourvu. Et prit une longue inspiration, se concentrant sur chaque partie de son corps et la magie qu’elle sentait irradier en elle, couler dans ses veines, et traverser sa merveilleuse baguette en bois. Lorsqu’elle prononça le sortilège, un livre posé un peu plus loin s’envola jusque dans ses bras. Un peu trop fort peut-être car Moreen recula de quelques pas. « Euuuuh... Il y a un moyen de contrôler la vitesse à laquelle un objet arrive jusqu’à nous ? » Demanda-t-elle en se tournant, l’oeil pensif, vers sa camarade.

Elle recommença, comme le lui avait conseillé Darcy, et senti que cela devenait plus facile pour elle, à mesure qu’elle gagnait en confiance, en assurance et qu’elle voyait l’efficacité du sortilège. Au bout d’un moment, une petite pile de livres s'était formée entre les deux étudiantes et Moreen fatiguée demanda une petite pause. « J’ai besoin de me reposer un peu. Si cela te va ? » Avoua-t-elle malgré sa fierté et son entêtement à cacher son état de fatigue.

Assise sur une chaise, sa baguette toujours à la main, elle osa dire ce qui la taraudait depuis un petit moment. « Les Augureys ne portent pas malheur. » C’était dit un peu sèchement, elle essaya donc de reprendre plus doucement, Moreen ne souhaitait pas créer une dispute, mais trouvait injuste cette mauvaise image de ces créatures mal comprises qui avaient juste eu le malheur de ne pas être comme les autres et c'étaient retrouvées avec une mauvaise image sur le dos. « C’est sans doute dû à leur chant très triste que les gens ont pensé ça. Mais en fait ce sont des créatures très timides qui ont pour seule capacité d'annoncer l'arrivée de la pluie. Tout de suite moins tragique hein ? » Lorsqu’elle parlait des animaux, tout le corps de Moreen se détendait et un certain calme l’emplissait. « Mais bon on n’est pas là pour ça. J’ai un livre si jamais... euh si jamais le sujet t’intéresse ? » Elle avait bien conscience que ce ne serait sans doute pas le cas, mais il fallait bien qu’elle trouve de quoi meubler la conversation, avant de se remettre au travail !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 68
▪ points : 65
Darcy Finnigan
Darcy Finnigan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Dim 4 Mar - 19:07

Darcy eut un rire léger en voyant le livre foncer dans les bras de la jolie rousse, avec un peu plus de force et d'élan qu'elle ne l'avait anticipé. Elle répondit d'une voix douce. « Tu verras, plus tu maîtriseras le sort, plus tu pourras contrôler des éléments comme la vitesse et la distance. Quand tu visualises l'objet, imagines le avancer moins vite et mets moins de force dans ton mouvement. Souviens-toi, les sortilèges, c'est de la délicatesse. »

La Poufsouffle l'écoutait assez sagement, plus qu'une adolescente en retenue et en cours de soutien forcé ne devrait le faire sans doute. Le problème ne semblait donc pas venir de son enthousiasme ou de ses capacités magiques donc. A force de répétitions, la demoiselle parvint à faire preuve de plus de précision. Bientôt les livres filèrent à travers le château et vinrent se poser délicatement sur le reste de la pile, dans un atterrissage tout à fait maîtrisé. Darcy sourit largement, heureuse de voir l'autre jeune fille progresser aussi vite sous sa tutelle. Ce n'était qu'une question de correction et d'attention, certes, mais il y avait toujours quelque chose de gratifiant à contribuer au succès d'autrui. Finalement, la Serdaigle avait peut-être une fibre plus professorale qu'elle ne le croyait.

Visiblement plus pâle - si tant est que cela soit possible - Moreen demanda à faire une pause et s'affala sur une chaise dans un mouvement lourd. La brune haussa un sourcil et s'approcha de sa camarade, un rien préoccupée. C'était un sortilège relativement simple et malgré sa répétition, il ne devrait pas entraîner un tel épuisement. Une série d'accio ne venait normalement pas puiser dans l'énergie magique de la sorte. Mais avant qu'elle ne puisse interroger la jaune et noire, cette dernière fit une remarque inattendue. Il fallut un instant à Darcy pour comprendre d'où venait cette défense enflammée de l'augurey, qu'elle écouta avec attention. La jeune fille avait suivi quelques cours de soins aux créatures magiques mais avait rapidement abandonné, son emploi du temps étant déjà chargé et n'appréciant pas forcément d'avoir à enfermer des animaux dans des enclos pour les étudier. Toutefois, elle était toujours preneuse de connaissances qu'elle ne possédait pas.

Penchant un peu la tête sur le côté, l'irlandaise fit donc un sourire en coin à sa compatriote et répondit d'un ton jovial. « Ecoute, je veux bien que tu me prêtes ce livre. On ne lit jamais trop, après tout. » Elle lui fit un petit clin d'oeil, puis se sentit obligée d'ajouter « Et je sais que ce n'est qu'une superstition mais, on en a beaucoup chez moi et j'aime bien le folklore. » Ce n'était pas une attaque, simplement un fait qu'il lui semblait important de souligner. Darcy ne se laissa pas distraire par cette parenthèse animale bien longtemps et s'assit face à la rouquine, sur le bord d'une table. « Mais dis-moi, ça va? Je ne veux pas être impolie, mais tu as l'air beaucoup trop fatiguée pour quelqu'un qui a lancé moins d'une dizaine de sorts. Est-ce que tu as des carences alimentaires, des insomnies? Il faut faire attention, ton énergie magique est en lien direct avec ta santé physique. »

Darcy avait beau prêché la bonne parole, elle n'était pas toujours la plus avisée dans ce domaine. Elle avait lu dans un traité sur les druidesses que l'énergie sexuelle pouvait décupler la magie et aimait bien plaisanter à ce sujet. Mais elle savait aussi que sa consommation d'alcool et de feuilles de mandragore n'avait pas toujours un effet positif sur ses compétences magiques et sa mère passait son temps à lui dire qu'elle devait manger plus de fer. Toujours était-il qu'elle se portait visiblement mieux que cette pauvre O'Cahan. « Tu veux arrêter? Je ne dirais rien à Flitwick hein et je crois tu as plus besoin de chocolat que d'entraînement en sortilèges. » Elle esquissa un sourire qui se voulait réconfortant mais qui virait sans doute sur le paternaliste. Finalement, il fallait peut-être revoir certaines de ses méthodes éducatives.


Dernière édition par Darcy Finnigan le Ven 13 Avr - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 271
▪ points : 389
Moreen O'Cahan
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Lun 12 Mar - 10:37

Moreen souhaitait plus que tout réussir ses buses, les professeurs n’avaient que ce mot aux lèvres. A chaque début de cours, ils commençaient par leur rappeler que cette année n’était pas comme les précédentes, qu’elle était très importante. Le jour d’orientation allait bientôt arriver, ce jour où le professeur Chourave allait la recevoir dans son bureau et s’étonner de voir ses résultats baisser, allait s’inquiéter et tenter de comprendre ce qu’il se passait chez sa jeune étudiante. Moreen se renfermerait, ou craquerait mais rien de bon ne pouvait en ressortir. Elle ne se sentait même pas capable de s’entraîner sans tomber de fatigue. C’était pour cette raison qu’elle écoutait aussi sagement les conseils que lui prodiguaient sa tutrice forcée. Qui faisait beaucoup d’efforts afin de se faire comprendre pour une personne qui aurait sans aucun doute préféré passer du temps dans sa Salle Commune à discuter avec ses amis, terminer ses propres devoirs ou encore n’être pas tout à fait là où elle devrait être et en compagnie douteuse, quoi que cela veuille bien dire. Même si Moreen avait sa petite idée sur la question et que cela la mettait assez mal à l’aise et qu’elle faisait donc tout son possible pour ne pas trop y penser et se concentrer plutôt sur la rigidité de son geste, tentant de l’assouplir et de laisser glisser la magie qui circulait à l’intérieur d’elle, comme une continuité de son être et non pas seulement comme un outil différencié de sa personne.

Sauf que la fatigue avait pris le dessus - la forçant à s'asseoir - faisant éclater des millions de petites étoiles dans son champs de vision, une petite pression commençant à se faire sentir au niveau de ses tempes. Assise sur sa chaise, d’un geste circulaire, ses doigts se déplacèrent sur le côté de son front, dans une tentative vaine pour faire disparaître les échos des battements de son cœur qui atteignaient sans gêne l’intérieur de son crâne. Elle ne souhaitait pas blesser les superstitions de Darcy, qui n’avait été rien d’autre que gentille avec elle. Surtout que Moreen avait aussi été bercée par ce folklore lorsqu’elle était toute petite. Les contes que lui racontait son père à grand renfort de mimiques et de jeux d’ombre la hantaient toujours. Comme tout ce qui se rapportait à son paternel d’ailleurs. « Désolée, je ne voulais pas te blesser. Moi aussi j’adore le folklore de notre pays. On me racontait des histoires quand j’étais petite et j’adorais ça. Mais j’aime beaucoup les créatures et ... Enfin bref. Ce n’est pas intéressant. » D’un revers de main elle rejeta ce qu’elle allait dire. Et un petit sourire s’installa sur son visage si blanc. « Je te passerai le livre alors. » Sa tentative d’échapper à tout questionnement ne fut pas aussi efficace que Moreen l’aurait espéré, venant d’une Serdaigle ce n’était sans doute pas si étonnant que cela. Elle poussa un soupir « Je dors vraiment mal en ce moment. Rien de grave. » Mentit-elle comme elle le pouvait. La poufsouffle commençait à penser qu’elle serait bientôt une experte en dissimulation si elle continuait sur ce chemin dangereux. « Le stress des Buses. » Le problème avec les mensonges, c’est qu’un premier en entraînait toujours un suivant et que l’on pouvait facilement s’emmêler les pinceaux. Après trois ans à mentir à sa mère, Moreen avait appris l’art de la tromperie. Ou plutôt elle s’en sortait un peu mieux que d’autres, le fait de contrôler à merveille ses émotions jusqu’à un engourdissement tantôt délicieux, tantôt frustrant, n’étant sans doute pas étranger à cette capacité. Et puis Darcy n’avait aucune raison de s’enquérir d’avantage de son état puisqu’elles n’étaient pas proches.

« Je préfère continuer. J’ai juste besoin de cinq minutes et tout ira bien, si tu acceptes bien sûr. » Moreen ne voulait pas s’avouer vaincu aussi rapidement, et elle n’aimait pas enfreindre les règles. Si le professeur Flitwick avait décidé qu’elle devait suivre des leçons particulières elle le ferait jusqu’au bout. Elle passa une main sur sa cape pour atténuer les marques d’une journée bien remplie. « Prête quand tu l’es, professeur. » Finit-elle par faire dans une tentative de connivence, son ton enjoué un peu trop forcé. Mais qui y ferait attention ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 68
▪ points : 65
Darcy Finnigan
Darcy Finnigan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Dim 29 Avr - 15:16

La tendance des britanniques - et des irlandais ayant passé trop de temps à leur côté - à s'excuser sans cesse pour tout et n'importe quoi n'avait de cesse d'émerveiller miss Finnigan. Et de l'agacer. Il est essentiel de s'excuser quand on fait du mal à quelqu'un, de reconnaître ses torts. Mais l'abus de politesse enlève toute sincérité aux mots et « je suis désolé-e » allait bientôt de plus avoir de sens à ses oreilles. Ses camarades faisaient des simagrées pour le moindre livre bousculé et quand ils se faisaient rentrer dedans dans un couloir. C'en devenait ridicule. Aussi, elle haussa une épaule et remit sa compatriote sur le droit chemin. « Tu n'as aucune raison de t'excuser, tu sais. Et c'est un sujet tout à fait intéressant, ne te dévalorise pas comme ça, ça ne donne pas envie aux gens d'écouter ce que tu as à dire. » A l'inverse des anglais trop polis, Darcy aurait pu bénéficier d'un poil plus de délicatesse. Mais dans son esprit, c'était une recommandation tout à fait sincère et utile.

Elle enchaîna donc, naturellement, avec un léger sourire. « Et tu pourras me faire passer le livre dans la Grande Salle alors. » La brune en revint alors à l'état physique clairement diminué de la Poufsouffle. Quelque chose clochait. Elle le sentait à la fois dans les explications vagues et l'enthousiasme forcé de Moreen et son instinct le lui soufflait. Et si Darcy était une créature de raison et de réflexion, sa mère lui avait toutefois appris l'importance d'écouter son corps, de lire les signes. Les ignorer était faire preuve d'une grande stupidité et surestimer ses capacités intellectuelles au détriment des signaux parfois évident de nos entrailles était la chose la plus humaine et la plus bête qui soit.

Toutefois, la rousse n'avait pas envie de parler, sinon elle lui aurait dit ce qui n'allait pas. Et la Serdaigle pouvait respecter ce choix. Tout en montrant qu'elle n'était pas dupe. « Soit... On va dire que je te crois. » D'un léger mouvement de baguette, Darcy fit sortir une tablette de chocolat de son sac et la tendit à sa camarade. « Mange, ça t'aidera à reprendre des forces. Le chocolat a des propriétés régénératrices assez fascinantes, tu le savais? C'est scientifique en vérité, mais ça contient plein de choses qui peuvent booster ton énergie, magique ou non. » La brune s'assit au bord d'une table et poursuivit sa leçon improvisée, de manière à moins drainer l'étonnamment faible miss O'Cahan. « Et niveau théorie, tu t'en sors comment? Parce que mine de rien, c'est un moyen facile de gagner des points, si tu n'es pas confiante en ta pratique. Par exemple, que sais-tu du sortilège d'amnésie? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 271
▪ points : 389
Moreen O'Cahan
Moreen O'Cahan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Ven 25 Mai - 14:49

Darcy passait d’un ton sec à une gentillesse en l’espace de quelques secondes seulement et Moreen ne savait plus où se mettre. Presque sermonnée un instant pour ses excuses intempestives, elle se retrouvait à manger une barre de chocolat gentiment offerte par la serdaigle l’instant d’après. « Je ne savais pas pour ses propriétés régénératives. Mais le goût est bon, surtout celui du chocolat noir. » Cependant, cela faisait sens chez elle, et expliquait pourquoi Moreen ressentait le besoin plus intense de manger ces petits carrés sucrés et fondants. « Merci » Ce remerciement était de porteur de plusieurs sens, pour le chocolat tendu, et pour ne pas insister sur sa fatigue non plus. Elle n'était pas prête à se confier à la brune qu'elle connaissait à peine. Ridicule peut-être alors que des conseils avisés lui auraient été d'une grande aide. Mais sa réserve naturelle et la peur d'être jugée l'en empêchaient. A la place, elle aurait voulu lui demander si elle s’y connaissait en sciences, et comment elle avait appris ces choses qu’on ne trouvait pas dans les cours ou les livres de Poudlard. Pas à sa connaissance en tous les cas, bien que la rouquine fût loin d’avoir lu tous les livres de l’immense bibliothèque.  Elle n’en fit rien, trop épuisée encore pour prendre le temps de se poser et déjà pressée de reprendre ce tutorat. Nécessaire pour la réussite de sa scolarité. Primordial pour l’estime qu’elle se portait.

Sa baguette reposant sur la table d’élève, Moreen se concentrait pour rassembler tous les souvenirs concernant ce sortilège particulier « Hmm. Tout d’abord, il a pour formule Oubliettes. C’est Mnemone Radford qui a développé ce sortilège et … » Moreen révisait régulièrement les cours des années précédentes car n’importe quel sortilège appris durant les cinq premières années de scolarité aurait pu tomber aux examens. Ses insomnies lui donnant le temps nécessaire pour bien tout revoir. « … il faut faire très attention, un sortilège d’amnésie mal utilisé peut avoir des répercussions désastreuses sur le lanceur, comme lui faire perdre sa mémoire, non ? Ils sont utilisés par les oubliators pour … Pour protéger nos secrets et cacher notre existence des moldus. » Oh elle connaissait bien cette particularité, pour en avoir fait l’expérience il y avait plusieurs années de cela, alors qu’elle n’était qu’une enfant qui ne pensait pas à mal. Elle s’arrêta alors un moment avant de reprendre le cours de ses pensées arrêté en plein élan. « C’est suffisant ? J’ai l’impression de ne pas en avoir dit assez. » Un soupir et une main qui tapote la joue tandis que ses yeux se lèvent vers le ciel, ou plutôt le plafond en l'occurence. « Je pense que c’est un peu mon problème. Je ne sais jamais ce qu’on attend de moi. Je n’ai pas de problèmes à l’écrit, mais à l’oral, c’est une toute autre histoire.. »

En fin de compte Mr Flitwick avait vu juste en lui proposant cette alternative à la punition adorée de certains professeurs. Et sa tuteure avait été bien choisie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
▪ messages : 68
▪ points : 65
Darcy Finnigan
Darcy Finnigan
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   Dim 3 Juin - 17:40

Moreen se laissa gentiment sermonner pour son abus de politesse et mangea son chocolat sans rechigner, étonnée d'en découvrir les propriétés. Darcy avait toujours été étonnée que les sorciers n'en apprennent pas davantage sur les sciences comme l'anatomie ou la physique. Le corps et la magie étaient étroitement liés, les druides et autres prêtresses païennes l'avaient compris depuis des siècles. Aussi, connaître les bienfaits du magnésium et de la vitamine sur son énergie et donc ses capacités magiques semblaient être une évidence. Mais non, les sorciers préféraient tergiverser des heures durant pour savoir s'il fallait touiller sa potion dans le sens des aiguilles d'une montre ou l'inverse. Ils s'amusaient à essayer de déchiffrer leur avenir dans des restes de thé. Mais réfléchir à l'impact que les hormones adolescentes pouvaient avoir sur la maîtrise de leur magie, ça, c'était ridicule.

Darcy se retint de justesse de se lancer dans une grande tirade sur l'ignorance dangereuse et absurde de la communauté magique dans bien des domaines. Elle respira un grand coup et préféré se concentrer sur la leçon improvisée du jour. Franchement, Flitwick aurait pu la prévenir un peu en amont qu'elle allait devoir assurer ce rôle de tutrice. On ne s'improvisait pas pédagogue de la sorte. Même si, à voir certains de leurs professeurs, cela semblait être le mode de fonctionnement de beaucoup à Poudlard.

Moreen se lança alors dans une excellente description du sortilège d'amnésie. C'était un peu scolaire et superficiel, mais amplement suffisant pour avoir une note Acceptable aux BUSE. Elle hocha donc doucement la tête, avec un petit sourire approbateur et tâcha de rassurer la rouquine. « Tu t'en sors très bien, tu as dis l'essentiel. Après, l'historique du sort est moins pertinent que la manière dont on s'en sert et les risques et avantages qu'il comporte. Mais tu as dis les deux donc c'est très bien. Mais il ne faut pas confondre amnésie et modification de la mémoire. Pense aussi à décrire le geste de la baguette et sois moins vague quand tu parles de mauvaise utilisation. C'est le mauvais geste qui entraîne la plupart des erreurs ou un manque de concentration, car ce sortilège requiert beaucoup de minutie. On ne peut pas supprimer ou modifier un souvenir comme on fait léviter une table, c'est bien plus complexe. » La brune esquissa un nouveau sourire, amusé cette fois. « Tu vois, moi, mon problème à l'oral c'est que j'en dis toujours trop. Mais j'ai quand même eu un O en Sortilèges. Il s'agit d'exploiter tes forces et tes connaissances. On ne peut jamais trop en savoir, après tout. »

Darcy fit un mouvement de baguette et chuchota la formule, qui fit apparaître de belles flammes violettes, qui se mirent à danser et virevolter autour des deux jeunes filles. Elle s'étalèrent dans les airs pour épeler la devise des Serdaigles avant d'éclater dans une petite pluie d'étincelles et de disparaître. « Wit beyond measure is man's greatest treasure. » La brune fit un petit clin d'oeil à sa camarade puis ajouta. « Je pense qu'on en a fini pour aujourd'hui, non? Si tu veux, on pourra continuer à t'entraîner un peu, dans un cadre moins... formel. » Un sourire en coin passa à nouveau sur les lèvres de la demoiselle. « Même si je pense que tu as surtout besoin de dormir et de prendre confiance en toi. » Une conclusion un rien inappropriée, typique de Miss Finnigan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen   

Revenir en haut Aller en bas
 
If you’re lucky enough to be Irish, then you’re lucky enough | moreen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ϟ FLOO POWDER :: hogwarts :: deuxième étage :: salle de retenue-
Sauter vers: